What the FACK ?!

Publié le par

La première fois qu’on les a entendus gueuler « FACK is in the house ! » en sautant partout, dans la salle des fêtes un peu déglinguée d’un village de l’Oise, notre instinct a tout de suite flairé quelque chose qui allait nous plaire chez cette bande de rockeurs à bretelles. Sans hésiter, on est donc monté dans la barque bringuebalante de FACK pour fendre la nouvelle brise rock’n’roll. De Beauvais à Valenciennes en passant par Amiens et Paris, ces bêtes de scène qui viennent d’avoir la vingtaine ont même assuré la première partie de Yarol Poupaud à la Manekine de Pont-Saint-Maxence, leur ville d’origine. Même confinés, ces cinq-là continuent à pondre de l’or, comme « Habits (Stay High) », leur majestueuse reprise de Tove Lo à écouter ici. La voix transperçante d’Elena Montero et les sonorités singulièrement costards-guitares du groupe nous ont donné envie de revenir sur leur premier EP prometteur Désaccord, paru en novembre dernier. Prêts à craquer une allumette et foutre le feu partout ?

crédit : Raphaël Bermont

À l’instar leurs grands frères et grandes soeurs de Last Train, KO KO MO ou Bandit Bandit, la bande bien énervée de FACK offre un nouveau souffle au rock’n’roll français. Indéniablement fait par et pour les concerts, dans lesquels ces derniers s’emparent aisément du public, le groupe déferle sur une vague de chaleur pop et un rock inflammable. Après avoir sillonné les scènes, il était temps pour le club des cinq de nous livrer des enregistrements qu’on pourrait, en plus, écouter en boucle à fond dans le salon. Mélodies accrocheuses et frénésie vivement déterminée à tout déchirer, FACK fait une entrée fracassante dans le paysage musical actuel en jouant directement ses meilleures cartes, comme « Mer » ou « Chéri »

Toutefois, FACK ne s’arrête pas à ses riffs féroces et efficaces. Leurs morceaux minutieusement composés s’entremêlent toujours à la voix triomphale d’Elena Montero (« DBLTO »), et, quand il le faut, épouse parfaitement la voix masculine de Karl Moreaux. Mélange acéré d’anglais et de français, les paroles déplaisent parfois pour leur côté adolescent, telles que celles de « Jeudi Soir » uniquement joué en live, mais il ne s’agit pas d’écouter la jeunesse avec des oeillères, au contraire, savourons l’effervescence de ces musiciens en ébullition. FACK a déjà dépassé les limites du groupe de lycéens et on ne doute pas d’une chose, ils jouent désormais dans la cour des grands.

Désaccord de FACK, sorti le 1er novembre 2019.


Écoutez FACK ici !

Retrouvez FACK sur LEUR SITEFACEBOOKINSTAGRAMTWITTERYOUTUBE