[EN EXCLU] « Painted blue » : les reflets solitaires de Tiphanie Doucet

Publié le par

En filigrane de ce splendide « Painted blue », Tiphanie Doucet dessine la mélancolie saisissante d’une solitude filmée à la perfection, tant dans sa vision sensible qu’au fil de ses mouvements lents et grâcieux. La pensée devenue art et personnifiée sous les traits d’une artiste décidément à part.

crédit : Courtney Collins for Non Linear Knitting

Quelques caresses, des regards et égarements dans le miroir du présent, devinant derrière le visage de Tiphanie Doucet un passé douloureux dont le terme est une tragédie intime. Sous les accords de piano, « Painted blue » trace les traits d’une action lente, dont chaque plan est un tableau de l’isolement et de l’abandon. Régnant sur ces pièces désertes, la musicienne en cherche les vestiges, les réminiscences sensorielles de ce qui a été et ne sera plus. Elle imagine, dans sa sagesse bouleversée mais sûre d’elle, ce qu’il advient de l’absent, de l’être parti trop vite, la laissant face au vertige des tourments humains et émotionnels. Sa complainte trouve une forte résonance en nous, illustrant ces ruptures que l’on préfère taire malgré la violence morale qu’elles nous infligent.

« Painted blue » est une danse du désespoir, la quête immortelle de caresses et de gestes perdus mais essentiels à la survie de la femme que nous observons et respectons. C’est également le prisme du réconfort, l’envie urgente de traverser les frontières matérielles afin d’apporter une consolation, une présence qui puisse lui permettre de ne pas se laisser aller à la désillusion. Sous les notes d’un violoncelle chaud et rassurant, Tiphanie Doucet allie la grâce de sa performance à l’immensité troublante d’un environnement sombre, dont les quelques lumières proviennent avant tout de son regard, de ses cheveux, de ses mouvements. Malgré les actes manqués de l’espérance et de la passion, elle puise une indicible énergie dans l’atmosphère qui la possède et la berce tendrement. Ne pas tomber, rester en équilibre. Et sentir ses membres toujours vivants, attendant patiemment de porter à nouveau celle qu’ils veillent, jour et nuit.


Retrouvez Tiphanie Doucet sur FACEBOOK INSTAGRAM YOUTUBE