Thomas Monica fait son cinéma

Publié le par

« J’essaie toujours de composer mes musiques comme des thèmes de films » lâche Thomas Monica. Jeune papa du Paradoxe de l’Utah, paru l’an dernier, et de Ulysse qui arrivera début 2021, le chanteur français nous livre trois films qui ont marqué et influencé sa création musicale !

Thomas Monica par Camille Locatelli

Les Évadés

de Frank Darabont. Avec Tim Robbins et Morgan Freeman. États-Unis, 1994.

Thomas Monica : Film boudé à sa sortie en France en 1995, un vrai chef d’œuvre pour moi ! C’est l’histoire d’Andy Dufresne accusé à tort pour le meurtre de sa femme et emprisonné dans un pénitencier où règne corruption et violence et dans lequel il va devoir trouver sa place avec malice et intelligence. Casting incroyable pour une fin explosive. D’une certaine manière, ce film m’a influencé car la musique est signée Thomas Newman, un de mes compositeurs favoris. Toujours en simplicité, l’émotion passe sans filtre avec parfois des thèmes ethniques comme dans American Beauty ou Les sentiers de la perdition, deux films de Sam Mendes. J’essaie toujours de composer mes musiques comme des thèmes de films, faire en sorte que la chanson s’écoute même sans les voix. 


Wayne’s World

de Penelope Spheeris. Avec Mike Myers, Dana Carvey et Alice Cooper. États-Unis, 1992.

On suit deux losers metalleux dans les années 90 avec leur émission télé Wayne’s World et tous les clichés sur le hard rock y passent, notamment avec la fameuse scène de « Bohemian Rhapsody » dans la voiture. Doublé par Alain Chabat et Dominique Farrugia dans la version française, chaque phrase est culte. Mes meilleurs amis d’enfance étaient très fans de hard rock comme Aerosmith ou Alice Cooper qui sont dans le film et j’ai grandi aussi avec cette culture très guitare. Dans ma musique la guitare est partout, mais pas toujours utilisée en premier plan.


The Truman Show

de Peter Weir. Avec Jim Carrey. États-Unis, 1998.

Film sur les dérives de la télé-réalité, la surveillance mondialisée, la publicité à outrance, et je crois que c’est dans les rôles dramatiques que je préfère Jim Carrey. The Truman Show est incroyablement novateur et terriblement d’actualité. Je me retrouve aussi parfois dans le personnage en quête d’identité, le fait de chercher puis retrouver ses racines souvent cachées par notre entourage – intentionnellement ou pas. La recherche de son père biologique aussi, un des thèmes que j’aborde dans mes textes. Il y a également cette notion de jouer un rôle dans la vie, du conditionnement. Sommes-nous tous finalement des acteurs pour rentrer dans des codes, plaire a nos parents, à nos patrons ? L’école, c’est la plus grande école de théâtre du monde.


Retrouvez Thomas Monica sur SON SITEFACEBOOKINSTAGRAMYOUTUBE