La preuve par ///

Publié le par

Premier album pour les doux dingues de Th/s /s Sh/t et coup de massue électro rock garanti, au fil de dix titres sentant le charbon, les fumées industrielles et la folie de pulsions instrumentales aptes à ouvrir les sept sceaux d’un Enfer musical en plein éveil. Ou comment libérer les sonorités démoniaques d’un genre nouveau et ravageur, seul à même de bouleverser l’ordre artistique établi.

Pour tous les nostalgiques de la déformation anglo-saxonne d’une dance music essoufflée, comme elle a eu lieu à la fin du siècle dernier de l’autre côté de la Manche, /// risque de rappeler d’excellents souvenirs. En effet, le premier véritable opus de Th/s /s Sh/t laisse déferler ses sonorités dynamiques et ô combien nostalgiques de cette époque pas si révolue que ça, mais passée sous les radars francophones, à notre plus grand regret. Cependant, le trio n’oublie pas d’actualiser sa recette et d’y incorporer une multitude d’idées toutes plus précises et jouissives les unes que les autres, menant le disque vers des sommets de subversion et de férocité intérieure qui atteignent leur véritable potentiel dès que chacun d’entre nous accepte de ne pas résister et de se diriger vers un dancefloor chargé en sueur, en lumière noire et en fumigènes.

Dans ses premiers chapitres, /// déploie ses rythmiques électroniques les plus lourdes et râpeuses, instaurant alors un climat menaçant et orageux, afin de mieux égarer toutes celles et tous ceux qui s’aventureront sur les terres désolées qu’il dessine. La piste éponyme entrelace samples vocaux et tonalités au bord de la suffocation, lorsque les différentes transitions créent une cohérence bienvenue à l’ensemble, assurant une compréhension globale tout simplement fascinante. « Ecstasy » impose un rock cinématographique qui nous laisse abasourdis, quand les cordes d' »Amphetamine » nous plongent au coeur d’une nuit de plaisirs, de mystères et de séduction, sans pour autant omettre de faire régner un prégnant sentiment de menace, une sensation continue d’être observés, épiés, alors que nous nous laissons aller au plaisir pur. Une magie ténébreuse, une virée dans les rues de néon d’une cité abandonnée et silencieuse, mais d’où peuvent surgir des créatures cyberpunk augmentant notre vision de la réalité (« Paraldehyde »). La violence sommeille puis jaillit, intense, nécessaire, au son maléfique de « Transition 1.4 », conclusion d’une oeuvre de chair, de fibres synthétiques et sang. /// crée une mythologie d’un nouveau genre, l’utopie mécanique et fascinante d’un monde parallèle pas si éloigné du nôtre et laissant, au fond de nos gorges, le goût amer de la rouille. Un sentiment puissant, un alcool bouillonnant et nous consumant littéralement, sans que l’on veuille une seule seconde qu’il en soit autrement.

/// de Th/s /s Sh/t, sorti le 24 avril 2020 chez Upton Park.


Retrouvez Th/s /s Sh/t sur FACEBOOKINSTAGRAMSOUNDCLOUD