[EN EXCLU] « Regard d’ailleurs » : Proksima face au jugement et à la liberté

Publié le par

Certains peuvent être tendres, d’autres cruels. Les regards sont un prisme continu, les révélations de mots qu’on ne dit pas, les interprétations d’une multitude de possibles. Ceux-là mêmes que Patrice Verry analyse scrupuleusement dans son ouvrage aux multiples supports, et que Proksima interprète au fil d’une transition pouvant aussi bien être considérée comme l’un des chapitres de l’œuvre totale que comme un tableau vivant à part entière.

Démonstration de la folie et d’une schizophrénie paranoïaque trop vraie pour ne pas être acceptée, « Regard d’ailleurs » se concentre sur l’effet néfaste des yeux posés sur une créature fragile, sur les conséquences que la vision erronée peut provoquer en chacune et chacun de nous. Un enfermement involontaire mais indispensable si l’on veut survivre. Une thérapie de choc afin d’éviter de laisser les jugements devenir des vérités impures et impropres à nous définir. Proksima étend ses mots, sa musique et sa chorégraphie vers les confins de la salubrité mentale, vers une solitude qui, en général, est pointée du doigt, mise à mal et et au ban d’une société toujours prompte à enfermer ce qu’elle ne peut expliquer. Sauf qu’ici, le tourment est ressenti de l’intérieur, disséqué et projeté implacablement sur nos propres rétines. Il prend vie et sens. Il est abrasif, saillant, blessant. Mais il doit être pour mieux s’effacer.

L’ouvrage de Patrice Verry se focalise, en détails multicolores et en formes constamment mouvantes, sur ce que l’on ne prend jamais la peine d’observer, sur ces habitudes devenues routines mais qui peuvent dissimuler, en elles, autant d’humour que de poésie ou de tristesse. Là où « Regard d’ailleurs » introduit à la perfection le travail à venir, c’est dans la liberté qu’il annonce, dans sa façon unique de préserver le mystère tout en laissant l’être bouleversé et torturé par ses semblables retrouver une liberté nouvelle, pure et différente. Proksima définit à la perfection les intentions d’un acte créatif prêt à changer nos interprétations du quotidien ; en inscrivant son art comme symbole d’une renaissance et d’une résurrection qui, à n’en pas douter, nous ébranleront à jamais.


Retrouvez Proksima sur leur SITE FACEBOOK INSTAGRAM