Le démembrement de l’homme moderne

Publié le par

Anéantir le monde moderne : une promesse faite par les Normands de Modern Men et qui sonne comme la révélation d’une liquéfaction de la pensée humaine, un abêtissement qui mériterait bel et bien d’être enfin remis en question. Entre constat amer et solution au lance-flammes, le disque s’offusque puis sort les armes et taille dans la chair pour saigner et extraire la bile noire de l’égoïsme de nos corps et de nos esprits.

On adore la description que Modern Men fait de lui-même sur sa page Facebook : « Armé du RSA et de la prime d’activité, le duo confronte brusquement punk et pop industrielle, préférant s’accompagner de synthés, tuyaux et tôle plutôt que de musiciens accessoires. Malheureusement, Modern Men ne fera jamais la couverture de GQ, et vous ? » Sur le papier, le projet pourrait prêter à sourire, et pourtant… Bien que ne contenant que quatre pistes, Anéantir le monde moderne est passionnant de bout en bout. Le genre de disque qui a la fâcheuse tendance à nous surprendre tout d’abord, puis à nous intriguer avant de nous enfoncer le crâne dans ses plaisirs musicaux les plus vicieux. Ici, les sonorités synthétiques et désincarnées n’en reflètent pas moins un sens accru de la mélodie, une impressionnante conjonction du bruit et de l’harmonie. Jouissif, sans oublier de nous assujettir bien comme il faut.

Ce qu’on aime par-dessus tout avec Anéantir le monde moderne, c’est sa violence, celle-ci n’ayant absolument pas peur de jaillir sans crier gare et de nous en mettre plein la vue. Quand « Tirer sur l’ambulance » bondit et fracasse tout ce qui lui tombe sous la main, transformant l’indus en machine implacable mais que l’on regarde, immobile, quitte à se faire faucher par une rafale d’arme hybride, la fascination est totale. Cependant, l’importance des synthés est prédominante, apportant un souffle bienvenu à la boue sombre et robotique dans laquelle on est happé : que ce soit grâce aux échanges entre voix et loops liquides de « Bag of Rice » ou aux rouages bien huilés et intemporels de « XX », Modern Men sait composer, organiser et peser chaque ingrédient, aussi artificiel soit-il, pour donner à son art une fine dose de subtilité qui amplifiera encore plus les explosions qu’il amène. La lutte tourne alors beaucoup plus à l’avantage du duo, qui prend le temps de comprendre comment s’ouvre une porte avant de l’enfoncer d’un grand coup de latte, afin que plus personne ne puisse l’utiliser (« This Shit Should Be Mine »).

Rarement un corps électronique en roue libre et échappant à tout contrôle aura été aussi fédérateur. Anéantir le monde moderne est bien plus qu’une déclaration de guerre ; c’est surtout une arme bactériologique qui, contrairement à certains virus trop bien connus, pourrait changer la face du monde. Ou l’améliorer, ce qui serait déjà pas mal…

crédit : Laurie Bisceglia

Anéantir le monde moderne de Modern Men, sorti le 6 décembre 2019 chez SOZA / Guru Disques.


Retrouvez Modern Men sur FACEBOOK INSTAGRAM