Les amours extraordinaires de Guillaume Perret

Publié le par

« Je n’ai aimé que toi, je t’embrasse jusqu’à en mourir » déclame le chanteur Miossec sur l’air de piano enivrant qui habille sa chanson « Je m’en vais ». Combien ont écrit, chanté, joué, filmé, dessiné, gravé, sculpté, photographié l’amour ! C’est peu mais tout dire que le sentiment amoureux est omniprésent dans nos vies et, par conséquent, l’infinité de formes à travers laquelle il est exprimé témoigne bien de la difficulté à le cerner. Pourtant, sous ses apparences exceptionnelles, la société en a fait un sentiment habituel et normé. À la recherche de ceux et celles qui échappent à toute règle, Guillaume Perret, photographe suisse et membre fondateur de l’agence Lundi 13, glisse dans l’ouverture de tous ces coeurs palpitants et explore les battements des amours extra-ordinaires. 

Difficile pour un photographe de se frayer un nouveau chemin dans les méandres de l’amour, mais celui que Guillaume Perret a emprunté est encore peu convoité. Évitant soigneusement les clichés mièvres, le photographe suisse imprime sur nos rétines les portraits de ceux et celles qui s’aiment sous les yeux baissés de la société. Si l’amour surgit comme un plaisir inexplicable, les moeurs nous ont toutefois fait ingérer depuis longtemps l’idée d’un sentiment domptable et rationnel. Dans un système quotidien persuadé par une norme amoureuse, les modèles de Guillaume Perret sont ceux et celles qui se sentent minoritaires et stigmatisé(e)s. Ainsi, avec toute la douceur propre à cette émotion, la série « Amour » livre un horizon d’affections sans fin, soulignant vivement que l’amour n’a ni âge, ni genre.

Guillaume Perret braque la lumière sur des aimants atypiques d’où s’exhale un authentique souffle de liberté.

Pour sentir ce qui lie les êtres humains, Guillaume Perret marche avec assurance sur une corde sensible. En effet, la place du photographe paraît tangible, car il ne s’agit pas de capter les corps avec une rigueur objective, mais bien de pénétrer dans une intimité sans la déranger. Loin de résoudre un quelconque mystère de l’amour, l’artiste s’affirme en couleurs comme un véritable explorateur de l’être humain. « Amour » braque la lumière sur des aimants atypiques d’où s’exhale un authentique souffle de liberté. Quoi qu’il arrive, il s’agit d’aimer.

Avec toute la douceur propre à cette émotion, la série « Amour » livre un horizon d’affections sans fin, soulignant vivement que l’amour n’a ni âge, ni genre.


Retrouvez Guillaume Perret sur SON SITEFACEBOOKINSTAGRAM

Retrouvez l’agence Lundi 13 sur LEUR SITEFACEBOOK INSTAGRAMTWITTER