Léo Lalanne, nouvelle étoile

Publié le par

Révélation aux multiples talents, Léo Lalanne a pris le temps de faire du journalisme en mode et en musique, d’écrire quelques nouvelles et de réaliser des courts-métrages d’une finesse esthétique bluffante avant de débarquer sur la scène française avec Allen, un premier EP prodigieux au prénom d’un des maîtres de la Beat Generation. Coffre grand ouvert, on y trouve cinq pépites luisantes qui explorent l’attachement à soi et à l’autre, mais aussi le rapport à la masculinité. Dans les flots d’une identité ondoyante, Léo Lalanne part en quête d’une amarre à travers les mots, dont l’agencement fait éclore des méditations poétiques saisissantes. Allen nous a interceptés en plein vol par sa vigueur singulière, mélange remarquable entre une voix limpide, une musique aérienne signée Apollo Noir et des textes d’une audace féroce. Paru le 17 avril dernier, le premier EP du jeune poète français est une véritable bouffée d’espoir et d’oxygène.

crédit : Christophe Ideal

Voix caressante et mélodies cotonneuses sur poèmes ardents, on s’est envolé avec Léo Lalanne dès que « Garçon » a résonné. Dans une introspection sereine, le jeune artiste perce une fente où s’introduit la lumière. Sa voix lisse-envoûtante fait émerger une conscience aiguë du monde qui l’entoure, et questionne sa propre place dans ce paysage bousculé. Quand il déclame ses textes, l’écho brûlant des paroles sonne presque comme des maximes. « L’horizon, tu fixeras sans interruption / Ton hésitation n’est que passagère ». Mais Léo Lalanne ne se prend pas pour un donneur de leçons, et cette première lettre à lui-même n’est aucunement nombriliste. Non. « Garçon » pourrait tout aussi bien être un poème à quelque d’autre, et détermine d’emblée toute la force de ce premier EP dans lequel le jeune musicien va de l’intime vers le public sans jamais se perdre de vue. 

Danser sous l’éclatante brise de l’espoir, Léo Lalanne le fait parfaitement avec Allen, mais plus encore, c’est lui qui insuffle une adrénaline optimiste. Toujours. Même dans les recoins les plus sombres de l’existence, quand il s’agit de « Caïds » ou quand il faut panser des blessures encore vives avec « Impair » absent. Chercheur exigeant à la plume étincelante, le jeune vendéen s’aventure dans les méandres de la masculinité, et au-delà, érafle sa posture d’homme, soulevant des interrogations intarissables qui n’attendent peut-être pas de réponses, mais affirment des doutes, le temps d’une traversée de « Londres » et d’une traduction de « Song », écrit par Allen Ginsberg. Pendant que le monde déraille d’avoir roulé trop vite, Léo Lalanne affleure la peau de nos pensées dans un apaisement délicat dont l’esprit vif nous coupe le souffle. 

Allen de Léo Lalanne, sorti le 17 avril.


Écoutez Allen ici !

Retrouvez Léo Lalanne sur FACEBOOKINSTAGRAMTWITTERYOUTUBE