L’édition 2020 du festival de photo MAP se déroule en ligne !

Publié le par

L’annulation massive d’événements culturels est un crève-coeur pour tout le monde, que l’on soit artistes, organisateurs ou public friand. Mais, dans la mesure du possible, certains n’ont pas renoncé à utiliser les moyens mis à disposition par la toile pour maintenir les festivités. Ainsi, la douzième édition du festival de photographie MAP (Mise Au Point), implanté à Toulouse, se déroule entièrement sur leur site et à travers leurs réseaux sociaux du 15 au 25 avril. Accessible sur n’importe quel écran et gratuitement, l’exposition s’est scindée en de multiples vidéos postées sur YouTube et relayées sur Instagram, Facebook ou encore Twitter, dans lesquelles les photographes se présentent et commentent leur travail. Parmi cette sélection éclectiques de talents pétillants, on retrouve notamment le fameux Derek Hudson, qui a immortalisé les coulisses du festival de Cannes à la fin des années 1990, Céline Croze et sa fascinante série dans les méandres d’un gang mafieux du Venezuela, les tirages graphiques d’Isa Marcelli et ceux d’Olivier Monge, ou encore l’inclassable photoreporter Boby Allin, qui a suivi Bigflo et Oli en tournée, et bien d’autres qu’on vous laisse l’honneur de découvrir. Depuis votre lit douillet, votre baignoire mousseuse ou votre apéro dans le jardin, désormais, la culture se passe chez vous ! 

Retrouvez le festival MAP sur LEUR SITEYOUTUBEFACEBOOKTWITTERINSTAGRAM


Focus sur trois photographes du festival MAP


Bigflo, Boby et Oli

On connaît Boby pour ses photographies de manifs, en pleine rue, pour ses portraits de Benoît Poelvoorde, Last Train, Mélenchon ou Deluxe, aussi pour son bob, son t-shirt de l’OM et ses stories Instagram où il nous convie à boire un petit Ricard, jouer à Koh-Lanta ou cuisiner des crêpes façon bière et rhum, mais, surtout, on connaît Boby pour son travail époustouflant immortalisant les tournées de Bigflo et Oli. D’un plateau de tournage aux coulisses des salles de concerts qui débordent, le photographe nous a immédiatement conquis par l’efficacité et la beauté de ses clichés, toujours piqués sur le vif d’où émane une certaine fureur de vivre.

Retrouvez BOBY ALLIN sur LE FESTIVAL MAP et sur INSTAGRAM


Céline Croze dans le dédale de la violence au Vénézuela

Avec sa série « Siempre Que Estemos Vivos Nos Veremos »*, l’artiste visuelle Céline Croze nous emmène en Amérique Latine, capturant les recoins sombres des groupes mafieux. Bouillantes et frissonnantes à la fois, ces photographies fébriles semblent tout droit tirées d’un film policier qui aurait mal tourné ou d’un mauvais jeu dans lesquels les personnages sont voués à la violence du cercle vicieux. Mais il s’agit bien de la réalité, et c’est ce que pointe la photographe en nous livrant une série amère et terriblement fascinante, tant par son sujet que par la qualité artistique des couleurs saisies. 

*Tant que nous serons en vie, nous nous verrons

Retrouvez CÉLINE CROZE sur LE FESTIVAL MAP et sur INSTAGRAM


Le certain regard de Derek Hudson 

Derek Hudson a couvert le festival de Cannes à la fin des années 1990. Loin du classique tapis rouge et de la fameuse montée des marches, il a capté l’envers du décor à travers ces soirées arrosées, ces sourires sincères, ces poses décontractées dans des chambres somptueuses dans l’effervescence des rencontres et de leur passion du Septième Art. Des clichés qui se feront de plus en plus rares, comme l’explique le photographie britannique, puisqu’aujourd’hui, malheureusement, il s’agit plus d’imposer des règles strictes enfermant les personnalités du cinéma dans un star system exacerbé que d’intercepter le côté créatif de l’être humain. 

Retrouvez DEREK HUDSON sur LE FESTIVAL MAP et sur SON SITE