Le rock lyonnais s’invite à Grenoble : Bandit Bandit et Johnnie Carwash à La Belle Électrique

Publié le par

Rescapés des restrictions liées à la crise sanitaire, quelques salles et festivals profitent du temps encore estival pour continuer à organiser des concerts distanciés, en extérieur. La Belle Electrique, à Grenoble, en fait partie et propose des concerts dans sa Guinguette Electrique, sur une petite scène extérieure, dans un espace aménagé avec foodtrucks, transats et bars extérieurs. A l’heure du premier set, au coucher du soleil, il y sent bon un petit air de festival qui n’est pas pour nous déplaire. Deuxième date de cette reprise de la Guinguette en septembre, ce vendredi mettait à l’honneur le rock lyonnais avec la venue de Bandit Bandit et Johnnie Carwash

Johnnie Carwash / crédit : Claire Desfrançois pour PUNKTUM

C’est donc le trio de Johnnie Carwash qui avait la tâche d’ouvrir la soirée. Avec un univers déjanté et coloré (on adore le clip de « Forever Yours ») qui allie la pop vintage avec du rock garage et l’énergie du punk, le groupe est bien armé pour mettre l’ambiance en ce début de soirée. Les premières minutes sont un peu hésitantes, – le temps que le public reprenne ses marques – mais très vite les automatismes reviennent. Bonne humeur, énergie contagieuse et morceaux qui squattent les méninges pendant de longues heures après le concert, les ingrédients parfaits pour relancer la machine aux concerts. Le set s’achève sur une version live de « Lazy », titre déjà bien sympa en studio qui prend encore une nouvelle intensité sur scène. Et si la fin abrupte de la chanson laisse les spectateurs un peu dans l’expectative, ce n’est qu’une bonne excuse pour revenir à l’un de leurs concerts. Avis aux fans de skeuds, les Johnnies sortent d’ailleurs leur récent EP Mom is a Punk en vinyle, disponible dès le 16 septembre. 

Johnnie Carwash / crédit : Claire Desfrançois pour PUNKTUM

Bandit Bandit / crédit : Claire Desfrançois pour PUNKTUM

La soirée avait donc bien commencé, et elle s’est poursuivie avec la prestation du duo Bandit Bandit. Les Lyonnais arrivent avec une belle réputation de nouveau groupe-phénomène sur la scène rock indé française toujours aussi dynamique, et seulement après une grosse année de durée de vie de leur projet. Les références musicales renvoient autant à la pop française qu’au rock heavy américain de Black Rebel Motorcycle Club, tandis que la chorégraphie du duo Maëva/Hugo sur scène évoque la complicité des Kills. Les titres inédits et ceux du premier EP s’enchaînent, de l’incandescent « Maux » au morceau de clôture « Nyctalope ». Le quatuor de musiciens instaure dès le début du set une ambiance tendue et explosive, accompagnée par un rythme effréné qui ne s’arrêtera pas avant la fin de l’heure de concert. On pourrait regretter un tempo général du concert soutenu mais monotone, brouillant les limites des chansons et rendant le set parfois peu lisible, mais franchement, on a beaucoup trop profité d’avoir – enfin- des décibels live dans les oreilles pour véritablement s’en soucier. Finalement, le concert se termine dans un déchaînement sonore, non sans rappeler la fin chaotique et intense des concerts de leurs copains de Last Train, et nous laisse avec cette délicieuse sensation de plénitude post-concert. 

Bandit Bandit / crédit : Claire Desfrançois pour PUNKTUM

Ce retour à la Guinguette Electrique pour cette belle affiche rock avait presque un goût de rentrée. Presque, seulement, parce que l’évolution de l’épidémie et les perspectives sur le spectacle vivant nous laissent pour l’instant penser que c’était bien l’un des seuls concerts rescapés que l’on verra en 2020. Et il restera certainement comme l’un des meilleurs de 2020. 


Retrouvez Johnnie Carwash sur FACEBOOK • INSTAGRAM • YOUTUBE

Retrouvez Bandit Bandit sur FACEBOOK • INSTAGRAM • YOUTUBE