Last Call : l’actu musicale quotidienne sans modération

Publié le par
crédit photo Blanck Mass : Harrison Reid

SPINABIFIDA : nouveau clip « The Queen (Ft. the 90’s) » / Nouvel EP Ugly Pop le 14 février (Ganache Records)

« The Queen » ressemble à une introduction de sitcom démodée, à la convergence de fantaisies télévisuelles et musicales devenues objet de culte que l’on trouve au détour d’une brocante, sur des VHS usées car lues et relues jusqu’à l’épuisement. Le rock mélodique de SPINABIFIDA n’a rien à faire de la perfection, s’amusant même à inscrire ses performances sonores et esthétiques dans des cadres de banlieues anonymes et désertes, de résidences où les maisons se ressemblent toutes et où il ne se passe pas grand-chose. Il était justement temps d’attirer la foudre au cœur de ce marasme ambiant, ce que « The Queen » se régale à accomplir sans autre volonté que de s’accorder une porte de sortie, une issue à la nonchalance et à la passivité contagieuses du lieu et des kilomètres de vide culturel qui l’entourent. Un titre dépassant les murs anonymes au creux desquels il a pris racine, donnant ainsi naissance à un projet apte à bousculer la bienséance ; réponse en détails grâce à un EP très attendu le mois prochain. D’ici là, les velléités d’émancipation de SPINABIFIDA se racontent sur leurs pages FACEBOOK et INSTAGRAM.


DAMIEN : nouveau single « Eve »

La tentation, par un regard ou un maquillage. Le désir qui s’accroît, rappelle des lieux familiers et confortables mais auxquels il manque une présence féminine. DAMIEN observe son « Eve », la respecte et la séduit, se laisse happer par sa sensualité et son innocence. Quand elle lui répond, elle avoue aussi bien son abandon total que le doute et l’étrangeté de l’instant, le manque d’habitude qui la rendent encore plus charmante. Rien de déplacé dans ce jeu, dans cette danse de deux créatures en quête de passion ; une aisance, une attraction unique et simple que rien ne vient accuser ou bouleverser. Musicalement, « Eve » invite quelques arrangements nocturnes, des notes et accords réchauffant une atmosphère pourtant déjà moite. Jeu des surnoms puis des couleurs, de la montée en puissance hormonale et sanguine d’un sentiment trouble et fort. Aucune désertion ne sera tolérée ; cela étant, aucun de nos deux amants ne l’aura envisagée. Laissons-les disparaître dans la nuit, seuls, sereins. DAMIEN vous raconte ses attirances et déambulations sur ses pages FACEBOOK et INSTAGRAM.


Copernic : premier album Cosmic Pizza for Space Warriors disponible

Ils se définissent comme adeptes du garage et du stoner des années 2000 ; pourtant, à l’écoute de Cosmic Pizza for Space Warriors, Copernic est beaucoup plus que ça. Déjà, car l’ambition du groupe originaire d’Aix-en-Provence est immense, grâce à une première œuvre sous forme de double album ne tolérant ni temps mort, ni baisse de régime. Un son brut de décoffrage mais dont les chœurs et sections rythmiques sont soignés, charriant autant de clarté que de poussière tombant des reliques abandonnées d’un genre souvent trop propre pour respecter ses engagements originels. Un sens du riff qui, en dosant intelligemment ses impacts et interventions mélodiques, amplifie les effets d’un disque rêveur et orageux, suturant les plaies béantes d’ascensions psychédéliques et d’infusions rock âpres à la première gorgée, mais rapidement addictives. Tant et si bien que l’on finit par se demander si Copernic n’aurait pas, avec modestie, caché dans sa courte bio une invitation à ne plus pouvoir résister à ses créations parfaites et débridées. Ou comment concilier l’urgence et la patience, au cœur d’un délice musical capable de nous faire frémir et secouer nos membres anesthésiés par les mois d’enfermement qui nous poursuivent sans cesse ni issue. Copernic est à soutenir dès maintenant via ses pages FACEBOOK et INSTAGRAM.


Blanck Mass : nouveau single « Starstuff » / Nouvel album In Ferneaux disponible le 26 février (Sacred Bones Records / Modulor)

Avant toute chose, il convient de préciser que « Starstuff » n’est qu’un extrait du futur opus de Blanck Mass, ce dernier étant constitué de deux longues pistes construites autour de field recordings recueillis par le musicien et compositeur durant une décennie, au fil de ses nombreux voyages. Pourtant, en quatre minutes, l’auditeur parvient à se faire une idée de la distinction flagrante entre le très attendu In Ferneaux et les travaux précédents du créateur : sous ses nappes synthétiques bruitistes, un sentiment à la fois pensant et mélancolique nous saisit par surprise, lors d’une montée en puissance cathartique et sublime. Quelques bribes de voix, des nappes célestes et évaporées, un beat cardiaque et organique ; « Starstuff » est la bande originale idéale de la dichotomie de l’esprit humain, de l’épreuve et de la délivrance, de la rupture et de la réconciliation. Tandis que ses disques passés s’imbibaient d’une colère immédiatement reconnaissable et éminemment fascinante, In Ferneaux apparaît comme la résolution imprévisible et nécessaire d’un être humain arrivé au croisement de son existence et auquel le choix de la salubrité ou de la folie s’impose, ici et maintenant. Blanck Mass choisira, c’est certain, leur union, écrivant les nouvelles pages de tableaux aux couleurs du plaisir et de l’apocalypse. Pour en savoir plus, rendez-vous dès maintenant sur ses pages FACEBOOK et INSTAGRAM.


Metò : nouveau clip « Breath for My Peace » / Nouvel EP Alstroemeria disponible le 5 février

De la spontanéité, dès les premières secondes de « Breathe for My Peace » ; même si l’on comprend rapidement que le voyage ne sera pas de tout repos, tant humainement qu’humoristiquement, quelques plans suffisent à nous installer dans une position confortable et admirer la spontanéité que nous offre Metò. Des instants du quotidien parfois surréalistes et souvent poétiques, magnifiés par le folk délicat et spacieux du songwriter ; ces histoires, imprévisibles et proches de celles et ceux qui s’y trouvent mis en scène, ont en elles une vérité réconfortante, une simplicité débarrassée de toute forme de paraître ou d’exagération. Ce qui rend le court-métrage intensément singulier, car filmé avec une passion et un respect plus que rares dans ce genre d’exercice. La lumière y est à la fois éblouissante et caressante, nimbant nos héros de l’ordinaire d’une aura visuelle et sonore miraculeuse en ces temps de doute et de solitude. Un hymne hautement fédérateur, conviant le plaisir du moment à sa résonance dans l’immensité de l’éternité. En attendant Alstroemeria, n’hésitez pas à embellir vos obscurités environnementales et intérieures grâce aux pages FACEBOOK et INSTAGRAM de Metò.


Elder Island : nouveau single « Small Plastic Heart »

Difficile de classer la musique d’Elder Island, tant celle-ci paraît à même de résumer, en quelques précieuses minutes, une majorité des courants musicaux traversés par leur Angleterre native durant de nombreuses décennies. Sous ses allures pop et électro, « Small Plastic Heart » invite les fantômes de périodes révolues et les esprits futuristes d’un langage artistique bercé de nostalgie autant que de modernité. Démarquant le projet de ses congénères actuels, ce nouveau single provoque en nous une douce effervescence, une jouissance intérieure où le spleen et le bonheur ultime dansent jusqu’au bout de la nuit, voire bien longtemps après l’apparition des premiers rayons du soleil. « Small Plastic Heart » met du baume au cœur et à l’esprit, ses sonorités synthétiques offrant au chant une remarquable assise dynamisant l’interprétation avec patience et intensité. Nul doute qu’Elder Island risque fort de fédérer les générations autour de lui, dans un partage unique et exceptionnel. Tout ce qu’il faut savoir est disponible sur FACEBOOK et INSTAGRAM.