Last Call : l’actu musicale quotidienne sans modération

Publié le par
crédits photos : Charlotte Audoynaud / Rémy Badout

Gelatine Turner : nouvel EP Derrière les nuages disponible

Derrière les nuages est le fruit d’une constante expérimentation sonore, de la conjonction instinctive et poétique entre l’envie de fouiller les décombres les plus sombres de la mélancolie et les techniques modernes les plus à même d’en illustrer les images parfois douloureuses, parfois salvatrices. Dans tous les cas, le nouvel EP de Gelatine Turner se démarque dès les premières secondes de « Je l’ai vue en rêve » ; car, là où les titres des six chansons qui le constituent auraient tendance à orienter l’auditeur vers une énième oeuvre portée par un romantisme démodé et hors d’âge, ils se révèlent à l’opposé d’une sagesse et d’une sincérité n’hésitant jamais à prendre de plein fouet les pires secondes et épreuves de l’existence. Au sein d’une électro bercée de nappes ambient et de rythmes épidermiques, où les samples résonnent comme les cris du désarroi, l’opus se révèle bien plus sombre qu’il n’y paraît, soupir désespéré mais ne posant jamais le genou à terre. Une phrase de « Ciel » pourrait résumer à elle seule la démarche du duo : « J’interprète les mots incompris, j’intercepte dans les yeux les coeurs attendris » ; un paradoxe entre le besoin viscéral de passion et l’impossibilité d’y accéder par les voies les plus évidentes. Une opposition entre l’acharnement du sort et le désir d’une vie d’échanges, de rêves certes intenses et intangibles mais demeurant du domaine du concret. Derrière les nuages est un disque unique en son genre, fruit de deux âmes complémentaires marchant au bord du gouffre, regardant sans détour ses profondeurs mais admirant également les quelques éclats solaires qui, pendant de précieuses secondes, les réchauffent. Tout ce qu’il faut savoir sur Gelatine Turner est à retrouver via leurs pages FACEBOOK et INSTAGRAM.


Lindçay Love : nouveau clip « Imaginary Romance » / Nouvel EP Chasing Light disponible le 12 décembre

Une inquiétante étrangeté émane du nouveau clip de Lindçay Love ; non pas que cette « Imaginary Romance » soit source de peur ou d’angoisse, mais simplement car elle allie à la perfection attraction sensuelle et fantasme irrésolu. Le noir et blanc amplifie d’autant plus ces sensations contradictoires, cette envie de possession autant que le rêve inassouvi qu’elle engendre et qui, par sa puissance émotionnelle, satisfait toutes les requêtes d’âmes se tournant l’une autour de l’autre en ne faisant que se frôler. La musique, quant à elle, allie les sensations dark folk d’une complainte éthérée aux eixgences sonores d’un court-métrage ensorcelant, au fil duquel les regards et le chant se montrent de plus en plus obsédants. Les sublimes décors naturels des montagnes mexicaines offrent à « Imaginary Romance » une multitude de lieux incarnés, où les esprits s’attardent par respect autant que par tentation. De la lumière aux ténèbres, de l’impossibilité de l’acte à sa concrétisation intime et psychique, cette ode aux passions irrésolues aussi bien qu’irrévocables nous donne l’irrépressible envie de franchir le pas, d’avouer sans détour l’urgence d’une caresse, d’un baiser, d’un contact cutané. En nous imprégnant des incantations de Lindçay Love, nous voyons paraître, devant nos yeux, les domaines interdits de la pulsion et de la complémentarité humaine, dans une fiévreuse douceur. Les songes de la musicienne sont à admirer sur ses pages FACEBOOK et INSTAGRAM.


Mary Bach : nouveau clip « La Règle du Jeu »

Il y a, dans « La Règle du Jeu », une volonté constante de sauver celles et ceux qui, captifs de leurs dons devenus les poids sociaux et humains les plus lourds à porter, s’enferment dans un isolement mental aussi tragique que nécessaire. Tout ce qui déborde, sort du cadre bienséant de la continuité existentielle, de schémas d’ores et déjà tracés pour exister aux yeux des autres, finit par étouffer ces jeunes filles, emprisonnées contre leur gré entre les murs de leurs propres cellules psychiques. C’est là que Mary Bach laisse parler la liberté, la murmure afin qu’elle passe sous les portes blindées et remotivent les corps endormis. Contre le sentiment d’échec, elle déploie une poésie réaliste et impressionnante de maturité, constats amers mais jamais définitifs des visions pénibles et répétitives de la fonction humaine privée de ses qualités. La tragédie du quotidien va rapidement se voir bouleversée par la révolte des créatrices, leur affirmation en tant qu’êtres vivants dont la place demeure, de siècle en siècle, éminemment primordiale. Ce qui fait de « La Règle du Jeu » une formidable leçon à méditer et mettre en pratique pendant ces périodes sombres de nos vies ; sans action, rien n’est possible. Sans connaissance de nos forces et expansion de ces dernières, tout demeure invisible et oppressant. Mary Bach signe rien de moins que la loi contemporaine des actes et paroles à mettre en place afin de sortir du marasme. Et, rien que pour ça, elle mérite toute notre admiration et tout notre respect. Suivez-là dès maintenant sur ses pages FACEBOOK et INSTAGRAM.


Elephanz : nouveau clip « Doigts Croisés » / Nouvel EP L’histoire à l’envers disponible (Blackbird / Affection London)

Découvrir l’essence même de son art est une expérience unique et bienfaitrice ; mais parvenir à la mettre en lumière en tant que profession de foi à l’égard du monde qui nous entoure se révèle beaucoup plus compliqué. C’est pourtant cette voie qu’a choisie Elephanz avec L’histoire à l’envers, EP regardant les épreuves et concessions du passé afin de les confronter aux velléités d’un présent qui, maintenant, leur appartient totalement. « Doigts Croisés » évoque sans détour cette route semée d’embûches, ces découvertes que les années avaient dissimulées, ces lieux et décisions ayant ralenti la révélation ; tenter le sort et vendre son âme pour le regard des autres et l’accord tacite que ceux-ci sont les seuls à pouvoir transmettre. Mais le temps de se brûler les ailes est bel et bien révolu, et Jonathan et Maxime renouent avec l’innocence de leurs désirs créatifs d’enfance et d’adolescence, au fil de danses, d’images et de mélodies dont la sagesse et la sincérité sont d’ores et déjà indémodables. En regardant plus loin qu’un vain espoir, qu’un sacrifice de la créativité au profit du paraître, ils s’inclinent devant leurs muses renouvelées, les embrassent et les laissent s’exprimer dans une liberté qui fait réellement plaisir à admirer. Le documentaire visuel qu’offre le clip permet, lui aussi, de jeter un ultime clin d’oeil vers l’ère achevée d’un enfermement volontaire, source de beautés incomparables mais ici mises en parallèle avec une réalité bien différente et toujours plus palpitante. Elephanz vous explique ces prises de position sur leurs pages FACEBOOK et INSTAGRAM.


KITCH : nouvel album Calame disponible

Malgré plusieurs écoutes attentives, on est encore loin d’avoir fait le tour de Calame, second album protéiforme de KITCH et petite merveille de rock en mouvement incessant et percutant. À croire que le groupe, en plus de trouver sa vitesse de croisière, a préféré amplifier la puissance d’ores et déjà échevelée de son moteur à grandes injections de nitroglycérine. Calame est une oeuvre ne répondant à aucune définition, charriant autant de sonorités post-rock que d’élans psychédéliques et d’inventions structurelles et expérimentales aussi imprévisibles que mémorables. L’écriture est soignée au millimètre, les cris et riffs se confrontent à des instants plus posés et doux, les instrumentations ne cessent de surprendre et de pousser leurs interprètes dans des retranchements que personne n’aurait pu supposer ou imaginer. Quatorze chapitres d’une folie pure et maîtrisée, d’une générosité et d’une volonté de briser les chaînes de l’endormissement électrique dans lequel beaucoup aiment à se complaire. Décors indigènes et volcaniques se succèdent, vagues électriques s’invitent au sabbat et grondent dans l’obscurité ; l’opus est aussi excitant qu’éreintant, tant ses couleurs semblent impossibles à décrire et ses circonvolutions harmoniques à interrompre. On tient là ce qui s’impose comme l’un des phénomènes les plus uniques et précieux de 2020, voire des années qui vont lui succéder. Un classique d’une incontestable exemplarité. En attendant de nous retrouver dans les méandres de ce labyrinthe discographique dont nous nous complaisons à explorer les multiples passages secrets et issues, allez dès maintenant encourager KITCH sur leurs pages FACEBOOK et INSTAGRAM.


Ioio : nouveau clip « Fusée » / Nouveau single « Nuit » disponible le 27 novembre

En attendant son nouveau single, « Nuit », dont la sortie est prévue – accompagnée d’un clip – vendredi prochain, il nous fallait impérativement revenir sur la précédente offrande de Ioio, « Fusée ». Chef-d’oeuvre de mise en scène dont chaque plan fait montre d’une application quasiment maniaque (bravo au réalisateur Antoine de Bujadoux et à son équipe), le film nous convie à la découverte, à la suite du crash de son embarcation spatiale, d’un monde tout sauf hostile par notre héroïne. Coupée de tout et de tous, elle s’émerveille, prend le temps d’analyser intérieurement et physiquement cet environnement qui, par protection et réconfort, l’accueille dans une étonnante et magnifique docilité. Les mélodies électro-pop satinées et lumineuses de « Fusée » offrent au court-métrage une bande son indissociable de ce que ce dernier expose, tandis que l’aventure se poursuit, instaure ses climats mystérieux et colorés et diffuse, lentement mais sûrement, ses indices nous incitant à totalement nous immerger dans la narration exprimée artistiquement par Ioio. « Fusée » est une quête initiatique dont la subtile poésie convie l’ambiance géologique et climatique du lieu aux expériences de celle qui, par-delà ses insatiables explorations, finira par embrasser son rêve le plus précieux. Les émerveillements visuels et sonores de l’incomparable Ioio sont à retrouver sur ses pages FACEBOOK et INSTAGRAM.