Last Call : l’actu musicale quotidienne sans modération (2e partie)

Publié le par

Untitled With Drums : nouveau clip « Amazed »

Hollow reste pour nous l’une des plus belles merveilles noise de ces derniers mois, même si l’occasion nous a manqué de vous en parler en détails. Un déchaînement sonore maîtrisé et aiguisé, lame de rasoir émotionnelle puisant ses origines dans les guitares les plus tranchantes ou, au contraire, avides de sensations contradictoires quand elles se font mélodiques. Grâce à « Amazed », Untitled With Drums offre à son art un espace entre ombre et lumière, entre bleus éblouissants et rouges hémorragiques. La folie qui gagne ces sculptures immobiles parcourant le court-métrage, intériorisations prêtes à laisser exploser la psyché des caractères les plus impassibles, éclate au creux d’ultimes flashes stroboscopiques, d’un tonnerre rock fissurant les apparences et donnant vie aux créatures dormantes qu’il invoque. Cinq minutes de fièvre et de lave, de pierres brûlantes sous lesquelles les cœurs s’emballent et les veines palpitent. Pour en savoir plus, rendez-vous de toute urgence sur les pages FACEBOOK et INSTAGRAM du projet.


Antoine Corriveau – PISSENLIT, le documentaire

En répondant aux questions d’Antoine Bordeleau sur la conception de son nouvel album, PISSENLIT, dont la sortie est prévue pour le 9 octobre prochain chez Secret City Records, le musicien québécois Antoine Corriveau ne fait pas que livrer quelques anecdotes et coulisses ayant donné naissance à son disque. Ce documentaire est tout autre, à la fois sincère et touchant, drôle et en décalage total avec d’autres réalisations du même acabit. Qu’il s’agisse de recueillir les avis des passants en montant le son de sa Toyota Corolla à fond ou de donner des cours de mécanique lors d’une pause imprévue en pleine campagne, Antoine Corriveau reste calme, impassible, et confie ses histoires entrecoupées d’extraits de l’opus à venir. Jusqu’à cette comparaison extraterrestre entre l’écriture et les travaux effectués sur une voiture, qui prêtent à sourire certes, car basculant sans prévenir dans l’absurde, mais laissent entrevoir beaucoup plus d’imagination et de relations qu’elle ne veut le laisser croire au premier abord, avant de se transformer en tendresse et en respect. En moins de dix minutes, tout est limpide et fait augmenter l’impatience de découvrir PISSENLIT dès sa sortie. Pour plus d’infos, allez consulter les pages FACEBOOK et INSTAGRAM de l’auteur-compositeur-interprète.


« Feelings » de The Silly Toys, nouveau clip à découvrir le 30 septembre

Dans une semaine, le successeur filmographique de « Strangers » viendra confirmer tout le bien que l’on pensait d’ores et déjà de The Silly Toys. Bercé au rock 90’s le plus mélodique et mélancolique, faisant parfois penser aux introspections miraculeuses de The Stone Roses, le quatuor soigne autant ses vidéos que la production de son premier album éponyme, dont la sortie est prévue pour le 4 décembre prochain. Pendant que beaucoup d’autres font hurler les six cordes, The Silly Toys pose les bases d’une musique plus apaisée, sans cependant sombrer dans les profondeurs trop sages d’une pop sous influence électrique. Il y a, au creux de « Feelings », les sons râpeux d’émotions laissées en suspens, la sincérité se frottant au vide, à la violence quotidienne, aux questions sans réponses. Il y a la confidence, juste et honnête, face au jugement le plus simple ou évasif. Un vertige visuel et mélodique dont les mouvements lascifs et caressants dissimulent une attente, une réaction ; la nôtre bien sûr, mais surtout celle des révoltés venant fendre l’apparente sagesse d’une réalisation au cordeau, n’ayant jamais peur de surprendre et de désarmer le spectateur. Les générations perdues risquent fort d’avoir trouvé leur porte-voix pour les moments les plus difficiles à venir. Afin d’en savoir plus, tous les infos sont dispos sur les pages FACEBOOK et INSTAGRAM du groupe. On vous laisse (re)savourer « Strangers » pour mieux vous aider à patienter jusqu’à mercredi prochain.


Mathieu Karsenti, Bygones : sortie du nouvel album le 2 octobre prochain (Slowcraft Records)

Bygones est un requiem, le chant du cygne d’un musicien ayant décidé de quitter les terres qui l’ont accueilli pour voyager vers d’autres contrées, géographiques comme musicales. Mathieu Karsenti a insufflé, dans ce nouvel album, les inspirations atmosphériques et néo-classiques dont il a appris le fonctionnement au fil de plusieurs années de pratique et de composition. Dès lors, l’opus ne se devait aucunement de ressembler à ses travaux précédents ; il fallait y inclure une résilience, une conviction profonde entremêlée de tristesse et de nostalgie. Les échos aquatiques et célestes serrent contre leur substance meurtrie les cordes fragiles et lacrymales d’êtres désarmés face à la transition, au changement. D’une beauté aussi viscérale que poignante, d’une vérité aussi émouvante que lucide et limpide, Bygones dévoile ses huit étapes dans une parfaite cohérence. Celle d’un créateur de vies éternelles, d’espèces harmoniques nouvelles et rassurantes. En attendant la sortie du disque, n’hésitez pas à vous plonger dans le récent EP Downstream Blue et à retrouver Mathieu Karsenti sur FACEBOOK et INSTAGRAM.


Albertine Sarges : nouveau clip « Free Today »

L’apparent décalage entre le costume et le maquillage portés par la musicienne berlinoise et les scènes qui l’entourent prêtent autant à sourire qu’à réfléchir aux intentions de cet intrigant « Free Today ». De quelle liberté s’agit-il ? De celle de l’artiste, exilée de ses expériences précédentes et revenant sous une nouvelle identité ? De la nôtre, êtres plongés passivement dans des habitudes et automatismes qu’un grain de folie, un seul, pourrait faire voler en éclats ? C’est tout cela, et bien plus encore ; car la vidéo projette rapidement une extase, un laisser-aller en forme de plaidoyer pour une existence plus saine malgré ses aspects schizophrènes. Pour briser ses chaînes, il suffit de le vouloir ; de télescoper la pop extatique d’Albertine Sarges et nos oppositions les plus désuètes et éphémères. De plonger à corps perdu dans l’eau purificatrice d’une seconde chance, d’un mépris justifié de codes sociaux qui sont autant d’obstacles à tailler en pièces. On attend la confirmation de ce monument de folie pure avec la sortie de l’album The Sticky Fingers le 27 novembre prochain chez Moshi Moshi Records. D’ici là, appréciez à sa juste valeur la générosité d’Albertine Sarges sur ses pages FACEBOOK et INSTAGRAM.