Last Call : le résumé des actus du jour à ne pas manquer

Publié le par

Le difficile exercice de la chanson française – surtout lorsqu’elle touche au sentiment pur – se voit relevé de la plus belle des manières par Gregory Desgranges, dont le premier EP Elle était la nuit sort vendredi chez Rouge Neon Records, en même temps que le clip accompagnant le titre « Tes yeux s’embrunissent ». L’artiste ne cherche à aucun moment la facilité, s’immergeant dans les contacts des corps et des regards, dans les berceuses tragiques et intenses de sonorités synthétiques bientôt rejointes par les intentions d’un art proche des bleus à l’âme. Une écriture fine, directe et qui ne se cache jamais sous de vaines intentions, portant dès lors la poésie du désir et du besoin viscéral de l’autre à son paroxysme. Il sera difficile d’enfermer Gregory Desgranges dans un modèle créatif trop rapidement défini ; son don est ailleurs, de l’égarement du plaisir ultime à la recherche du lien invisible mélancolique et charnel. Délectez-vous dès maintenant du splendide « Monica », hommage visuel cachant l’autre sous les traits d’une figure reconnaissable entre toutes ces femmes que l’auteur-compositeur embrasse tant dans son imaginaire qu’au fil de ses tourments discographiques, et rejoignez-le sur ses pages FACEBOOK et INSTAGRAM pour plus d’infos.


Autres impressions, autres intentions mais un talent fou et rare : le 9 octobre prochain, le nouveau single de Thomas Guerlet, « Crystal Clear », sera disponible et on peut d’ores et déjà vous dire que sa performance a ce petit quelque chose d’unique, tant dans les styles qu’il emprunte que dans ses évolutions parfois jazzy, parfois downtempo, le tout accompagné d’un flow en alternance avec ce chant si versatile, comme les deux facettes d’un seul et même caractère. Annonciateur d’un EP prévu pour le printemps 2021, « Crystal Clear » brouille les pistes tout en imposant une folle évidence : le musicien s’est imprégné de toutes ses expériences humaines et harmoniques pour donner naissance à ce qui s’annonce comme une œuvre hybride mais d’une limpidité émotionnelle et structurelle qui parlera à beaucoup d’entre nous. L’union de la rapidité, de la spontanéité et du regard extérieur et impliqué sur une existence en mouvement perpétuel. Si ce n’est pas déjà fait, allez savourer « How Strange! »,  sorti en mai dernier et mêlant le spleen de l’inconnu aux sonorités mystérieuses d’une conviction naissante. Tout ce qu’il faut savoir sur Thomas Guerlet est à retrouver sur ses pages FACEBOOK et INSTAGRAM.


Quels sont les obstacles les plus évidents ou, au contraire, pernicieux dès qu’il s’agit de se plonger dans le processus créatif ? C’est la question que pose Nicolas Michaux avec « Enemies », déroulé amer dont les apparentes formes mélodiques de pardon cachent parfaitement leur double jeu. La vie des musiciens, ici illustrée au moyen de de sublimes plans en Super 8, se pare d’une complexité demandant un maximum de volonté et d’implication personnelle pour parvenir à la performance commune, claire et immédiatement fédératrice. L’auteur, compositeur et producteur belge impose ses visions tour à tour désespérées puis irrémédiablement engagées dans un nouvel album, Amour Colère, attendu impatiemment ce vendredi. Un fabuleux exutoire regardant, avec sagesse et profondeur, les genres les plus essentiels à une narration idéale de l’engagement. Tout ce qu’il faut savoir sur Nicolas Michaux se trouve sur ses pages FACEBOOK et INSTAGRAM.


Il est parfois difficile, pour les auditeurs en quête de sensations fortes, de s’immerger dans les méandres plus sensitifs d’une musique charriant inspirations ethniques et ambitions modernes ; pourtant, nous ne pouvons nier que l’écoute du nouveau titre de l’artiste zoulou MUZI nous a totalement captivés, de son introduction lente et sage à l’apparition de chants rendant hommage à la figure maternelle, humaine autant que nourricière. Emporté par le besoin vital d’évoquer ses racines aussi bien que ses errances et rencontres universelles durant un périple de plusieurs années, MUZI pose ses bagages le temps d’un EP au titre direct et sans fard, MAMA, attendu pour le 2 octobre prochain chez WE.THE.BUNDU et !K7 Records. L’art sud-africain dans toute sa remarquable et intime splendeur, invitant en son sein les sources novatrices de collaborations passées mais ayant transformé le compositeur en homme témoignant maintenant de la place cruciale du lien familial dans sa magnifique métamorphose. N’hésitez pas à aller en apprendre davantage sur MUZI grâce à ses pages FACEBOOK et INSTAGRAM.


L’annonce d’un nouvel album de Bipolar Explorer nous fait toujours l’effet d’une surprise que l’on sait aussi redoutable qu’agréable. En effet, ce projet que nous aimons depuis plusieurs années maintenant n’a jamais essayé de reproduire deux fois la même œuvre, s’inspirant de mouvements rock lents sur lesquels viennent se poser les inspirations du moment de Summer, Sylvia et Michael. Puisant aussi bien dans le domaine du rêve que dans celui, plus épuré et profond, de la confrontation au réel par une douceur emplie de sagesse et de réflexion, Bipolar Explorer est un appel à la renaissance, à s’opposer à la passivité sans pour autant laisser parler une vaine colère. Premier extrait aux contours hypersensibles d’une introduction au songe spirituel et intérieur, « Santa Barbara » dépasse toutes nos attentes et espoirs, tandis que se côtoient les sons extérieurs d’un lieu indicible et ceux, limpides et uniques, des musiciens. Tout ce qu’il faut savoir avant la sortie de DEUX ANGES le 9 novembre prochain est disponible sur le SITE spécialement créé par Sylvia, ainsi que sur les pages FACEBOOK et INSTAGRAM du trio franco-américain.