Last Call : le résumé des actus du jour à ne pas manquer

Publié le par

BLOWSOM dévoilera vendredi prochain le clip de son single « Belle », produit et diffusé via son propre label 1901 REC. Une pop que beaucoup qualifieraient de solaire mais qui, grâce à la réalisation du musicien lui-même, relève d’un fantasme à l’état pur, d’un plaisir que l’on aimerait tous saisir, d’une attirance qui demeure, durant un peu plus de quatre minutes,telle une illusion sensuelle et pure. On ne peut que vous inciter à surveiller cette sortie imminente ; en attendant, retrouvez toutes les infos de BLOWSOM sur ses pages FACEBOOK et INSTAGRAM et (re)découvrez, en attendant, la lyrics video du formidable « Colours » ; de quoi témoigner de l’énergie inassouvie de ce jeune créateur que nous allons suivre assidûment !


BABY KEEM, nouveau prodige très discret du hip-hop US fraîchement signé chez Columbia, dévoile deux mystères inédits de l’œuvre d’art qu’il met petit-à-petit en place, positionnant chacun de ses pions à contre-courant de la production actuelle (ce qui relève du miracle lorsque l’on sait qu’il est, notamment, le protégé de Kendrick Lamar). Parmi ces deux petites merveilles musicales et lyriques, « hooligan » le met dans le rôle du paria, de celui qui, à travers la voix d’une autre, dissimule autant ses peurs de la dérive que ses confessions les plus obscures. Un clip crépusculaire et dont la lenteur nocturne parvient à étirer, dans l’espace et le temps, ses deux minutes fascinantes et profondes.


Certainement l’une des œuvres qui nous fait actuellement le plus vibrer : le 23 septembre prochain sortira À travers les regards, nouvel album de VASLO risquant fort de devenir l’un des incontournables de cette fin d’année 2020. Le songwriter y prend en effet un nombre de risques difficiles à calculer mais inscrit son écriture et son sens de l’arrangement dans l’amplification émotionnelle du verbe, poétique et humain, sans que cela paraisse forcé ou hors de propos. Les dialogues, multiples, s’ancrent dans les constats intérieurs d’un imaginaire lié au réel grâce à un fil fragile, à une ligne cristalline sur laquelle l’amour et l’identité sont malmenées mais existent dans leur pleine conscience. Masculin et féminin, évoluant entre les complaintes vocales du musicien, le violoncelle incarné de Martina Rodriguez et les émouvantes et éprouvantes percussions cardiaques de Pierre Mahier, À travers les regards émerge de la douleur et de l’oubli pour mieux les porter aux nues. Une réinvention du soi que vous pouvez d’ores et déjà admirer grâce au clip de « À travers ». Toutes les infos sur ses pages FACEBOOK et INSTAGRAM.


Sortie le 16 octobre prochain d’un brûlot rock dont la complexité instrumentale et vocale nous a bluffés à son écoute. Le duo BAKOS, formé par Benoît Lugué (basse, voix lead) et Martin Wangermée (batterie, chœurs, pads électroniques), oscille entre riffs ciselés et rythmiques world portant, en leur sein blessé, les voix et poèmes d’âmes perdues, de cultures trop peu souvent liées les unes aux autres. L’œuvre éponyme est une formidable odyssée dont les mouvements électriques et harmoniques jalonnent un chemin de lave et de cendres, de terres fertiles et de renaissance. N’hésitant à aucun moment à conjuguer des sonorités apparemment opposées, BAKOS se met au service de ses sculptures sonores, mélancoliques ou chargées d’adrénaline. On vous laisse juger de la transe communicative des musiciens en regardant la captation live réalisée au Festival de Moers en 2019 capté par Arte Concert. Pour plus d’infos, rendez-vous sur leurs pages FACEBOOK et INSTAGRAM.


Le mystérieux et décalé projet S8JFOU dévoilera son album Cynism le 13 novembre prochain via le label Parapente Music. Les mélanges imprévisibles de synthétiseurs organiques, d’arrangements réinventant chaque seconde leur propre langage et de cuivres amenant une parfaite cohérence au langage unique et imaginaire du compositeur donnent naissance à une créature hybride, dont les formes et textures cutanées et sonores ne cessent de voir leurs cellules se métamorphoser sous nos yeux et à travers nos cerveaux bousculés par tant d’informations pourtant parfaitement lisibles. Un travail titanesque, en isolement complet, et qui regarde le monde dont il s’est exilé avec ironie et mélancolie. L’opus est une aventure défiant les lois de la création, et nous vous en reparlerons d’ici quelques semaines. En attendant, découvrez S8JFOU dans les circonvolutions du collage « Mickey Under Every Wall » et sur ses pages FACEBOOK et INSTAGRAM.