Houmous Musical #64

Publié le par

Notre Houmous Musical hebdo : une playlist rien que pour accorder vos humeurs quotidiennes à six titres bien trempés !

Arlo Parks – « Sophie »

Mood : Douceur pour réveils du mauvais pied

« Shut your mouth and take your vitamin », chante Arlo Parks dans ce morceau aussi doux qu’à l’accoutumée. Celle qui est à l’origine d’un de nos albums coups de cœur de 2020 se laisse tourner en rond dans sa propre tête sur un rythme lent, qui convient très bien à celleux qui, comme moi, ne sont pas du matin. Au programme : baisse d’estime de soi, déprime hivernale et doutes existentiels. Heureusement, au fond, il s’agit surtout de se remonter le moral, on ne va quand même pas partir sur une ambiance si dark. Alors installez-vous confortablement et laissez-vous emporter par la magie sonore d’une reine de la pop indé.


Adeline – « Before »

Mood : Voici le soleil

Et pour faire plaisir à Ms. Parks, on vous offre un shot de vitamines signé Adeline. Soutenue par des chœurs de la plus pure tradition soul-disco 70’s, la voix cristalline de cette artiste franco-caribéenne établie à New York souligne un rythme des plus sautillants, jusqu’à une explosion de joie. De quoi vous redonner le smile, juste avant la période de rush du milieu de l’hiver, mais aussi de quoi vous aider dans votre bilan de l’année. Après 2021, aussi voire plus chaotique que 2020, on vous prescrit « Before » tous les matins après le petit-déj, vous nous en direz des nouvelles !


Will Butler – « Anna »

Mood : Se préparer à en découdre

Poursuivons la journée avec ce morceau de Will Butler, dans vos écouteurs sur la route de la fac ou du taf*. Dans la tête du Californien, membre d’Arcade Fire, ça bouillonne un peu, avec une histoire d’argent et une mystérieuse « Anna », qui a l’air de l’avoir attiré et agacé à la fois. Mais laissons de côté la nature de ces tribulations mentales, pour embrasser le pep’s communicatif de quelques notes de saxophone soigneusement insérées dans la mélodie. Une allure délicieusement surannée, et tout à fait contemporaine, qui donne envie de marcher d’un pas décidé. Motivation au maximum !

* Rayez la mention inutile.


Gitkin – « Canción de aplauso »

Mood : Dans les enceintes du fast-food du midi

Allez, c’est la pause ! Rendez-vous dans un restaurant péruvien, entre ceviches et makis, où vous pourrez vous immerger dans la chicha (cette version andine de la cumbia colombienne) à la sauce Gitkin. Coutumier de la fusion des univers musicaux, ce blues-rocker écume les pubs du monde entier pour enrichir ses horizons sonores. Et on l’en remercie ! Car l’ambiance chaleureuse de ce morceau nous paraît parfaite pour aborder toutes sortes d’après-midi laborieux. Entre deux bouchées, que vous mangiez du poisson ou non, savourez l’air entêtant de cette canción venue du Sud. D’ailleurs, c’est pas un alpaga qui vient de passer devant vos yeux ?


Klein – « Claim It »

Mood : Micro-sieste agitée

Rien de tel que vingt minutes de sieste pour récupérer la pleine possession de ses moyens. Las, la musique hantée de Klein vient s’insinuer dans votre cerveau, provoquant quelques rêves agités. Mais c’est pour mieux pénétrer dans un univers des interstices, un monde hybride où tout apparaît plus clairement. L’artiste pluridisciplinaire londonienne n’a pas son pareil pour emporter son public dans une transe nocturne, en pleine nuit ou non, entre épiphanies et démons. Entre deux cris étouffés, les pulsations sans merci de « Claim It » finiraient presque par créer un cocon sonore où se lover pour mieux renforcer son assurance.


AUGUST 08 – « Simple Pleasures » (feat. GoldLink)

Mood : Enfin la nuit

Et voilà le soir, avec son cortège d’excitations urbaines. Que vous soyez de sortie ou plutôt en train de chiller chez vous après la longue journée, on vous laisse sur ces beats R&B-house, aussi appropriés pour se réchauffer et commencer la fête que pour onduler plus calmement, en plein confort. Rien ne fut laissé au hasard sur cette production léchée. En invitant GoldLink, AUGUST 08 savait pertinemment qu’il préparait un tube en puissance. C’est chose faite !