Houmous Musical #57

Publié le par

Notre Houmous Musical hebdo : une playlist rien que pour accorder vos humeurs quotidiennes à six titres bien trempés !

Rodney Chrome – « Premium Goods »

Mood : Livraison express

Si l’ambition avait un visage, ce serait probablement celui de Rodney Chrome, rappeur queer originaire de l’Arkansas. Marqué par cette adolescence dans l’un des états les plus racistes et rétrogrades des États-Unis, il débarque très vite à New York pour affirmer un style sans concession. Dans la Grosse Pomme, celui qui marche dans les pas de Frank Ocean et de Beyoncé devient un couteau suisse, à la fois créateur de mode, chorégraphe et musicien. Derrière une image très travaillée se révèle une voix déterminée à en découdre, quitte à briller comme le chrome sur les jantes d’une Cadillac. Alors attention les yeux, voici un colis de luxe dans votre boîte aux lettres.


Izzy Camina – « UP N DOWN »

Mood : Mouvement de balancier

Cette semaine, Izzy Camina nous enseigne depuis son New Jersey natal que tout ce qui monte finira par descendre (et inversement). Grâce à une armée de beats récupérés dans la hard techno berlinoise, ce discours un tantinet nihiliste bénéficie de la force de frappe d’une mouvance hyperpop en ébullition. Le résultat donne envie de se battre contre des murs de brique (expérience réalisée par des pros, ne pas reproduire chez vous), à défaut de pouvoir se défouler sous la terre jusqu’à plus soif.


NIGHT NIGHT – « Day »

Mood : Tout et son contraire

Le comble, quand on s’appelle NIGHT NIGHT, serait de composer un morceau sur le jour. Dans cette longue piste toute en gradation, le musicien français loue les ombres qui se meuvent en silence et les lumières qui déclinent. L’intensité progresse délicieusement pour atteindre des sommets psychédéliques au souffle particulièrement cinématographique. D’ailleurs, l’équipe de réalisation de Projet Pieuvre ne s’y était pas trompée en choisissant ce morceau pour faire danser l’équipage de son millième épisode.


Julia Jacklin – « to Perth, before the border closes »

Mood : Angoisses covidiennes

Vous voilà projeté·es dans l’univers des premiers confinements. Bon, mea culpa. Mais promis, le voyage ne sera pas si désagréable ! Déjà, il a Perth pour destination, sur la côte ouest de l’Australie. On peut rêver pire endroit pour aller passer l’automne, qui ressemble là-bas à notre printemps. Sur ce morceau doucement mélancolique, Julia Jacklin s’effraie de ne pas pouvoir rejoindre le littoral avant la fermeture des frontières entre les états de l’île-continent. Depuis, le pays va mieux et grâce à « to Perth », nous aussi.


Fana Hues – « Notice Me »

Mood : Au théâtre sous la brume

Issue d’une famille de musicien·nes, Fana Hues a eu le malheur de perdre la voix pendant cinq ans. Cette convalescence lui aura certes laissé le temps d’absorber l’héritage R&B de Nina Simone, Mary J. Blige ou encore Dionne Warwick, fréquemment citées comme sources d’inspiration. Entre deux harmonies rendues fantomatiques par le rythme lent qu’une batterie leur imprime, la Californienne de 25 ans fait plier les codes du genre sans les effacer pour autant. Au passage, elle en profite pour rappeler qu’elle est bien partie pour rester, ce que l’on ne saurait contester.


Yussef Kamaal – « Lowrider »

Mood : Titane

Si vous avez vu la Palme d’or de Julia Ducournau, vous comprendrez l’intitulé de ce sixième et dernier mood. Allez, on vous laisse un indice : le terme lowrider désigne ces grosses voitures états-uniennes rutilantes montées sur un système de suspension leur permettant de monter et descendre sur leurs roues (merci Wikipédia, changez rien). Yussef Dayes et Kamaal Williams ont tout compris de l’imagerie funk, avec ses riffs comme plongés dans le chrome, ses rythmes sautillants et son sens de la classe. Leur mélodie semble tout droit sortie de l’auto-radio de ces monstres des routes, parfaits pour la frime, rien que la frime.