Houmous Musical #49

Publié le par

Notre Houmous Musical hebdo : une playlist rien que pour accorder vos humeurs quotidiennes à six titres bien trempés !


The Teskey Brothers – « So Caught Up »

MOOD : L’amour est un plat qui se mange avec déraison

Et soudain, c’est le blues. Celui qui gronde entre les cimes des saguaros au Nouveau-Mexique. Ou entre celles des séquoias géants californiens. Ou encore au cœur de la forêt boréale canadienne. Bref, le blues qui réveille les amours mortes avec force drama, comme on l’aime. Laissez-vous transporter vers les grands espaces au gré de ces hurlements de loup blessé, et revenez-nous en vie, car la suite est prometteuse !


Namoro – « Sex is good but »

MOOD : La caresse des baffles

Bili Bellegarde et Mascare ont lancé leur machine organico-métallique à Paris, avant la frénésie apocalyptique des années 2020. Le résultat ? Namoro, à mi-chemin entre le rock psyché des Limiñanas et les incursions en territoire rave de Rebeka Warrior. Amatrices de jeux de mots malicieux (« Dance in the Dyke »), ces deux trouble-fête(s) écrasent vos tympans avec des beats sans merci, pour mieux convoquer l’ivresse et la sensualité. Cheers.


Tiny Ruins – « School of Design »

MOOD : L’automne est déjà là ?

Un petit coup de mou, peut-être ? On ne saurait vous en blâmer, avec cette grisaille qui semble se plaire au nord de la Côte d’Azur, c’est-à-dire partout. On se permet de se mettre dans la peau d’Évelyne Dhéliat, si vous le voulez bien, pour un instant automnal avant l’heure, grâce aux paroles enchanteresses et mélancoliques de Tiny Ruins. Après tout, en Nouvelle-Zélande, patrie du groupe de Hollie Fullbrook, c’est le milieu de l’hiver…


Rone – « Nouveau Monde (Instrumental Version) »

MOOD : Belvédère panoramique

Mais trêve de cafard, car déjà le vent sonore vous entraîne à sa suite vers des horizons plus émoustillants. Le vent sonore de Rone, plus précisément, dont le génie n’est plus à prouver. La version instrumentale de cette piste inspirée est idéale pour découvrir les paysages grandioses de la cordillère australienne ou du Kilimandjaro, ce que nous vous conseillons toutefois de faire depuis votre canap’ en regardant Arte, vu les conséquences catastrophiques du tourisme de masse sur les changements climatiques.


Pongo – « Kassussa »

MOOD : Fête d’été

En regardant Arte, ou en écoutant de la musique, d’ailleurs ! C’est un comble pour le Houmous de ne pas y avoir pensé plus tôt. Heureusement, l’étoile de la renaissance du kuduro, alias Pongo, vient à notre secours depuis Lisbonne, au Portugal, et Luanda, la capitale de l’Angola. « Kassussa » donne furieusement envie de danser en oubliant 5 secondes que le-monde-part-à-la-dérive-ma-bonne-dame. Si, si, on sait que ça vous donne envie !


Caribou – « Home »

MOOD : Sous l’eau chlorée

La fête se transformera peut-être en pool-party si vous avez la chance d’être en Côte d’Azur (deuxième point Évelyne Dhéliat) et d’avoir des potes riches. Et si c’est le cas, on espère que vous accompagnerez vos plongeons dans les bassins turquoises de ce morceau particulièrement estival et rassérénant. L’éclectisme caractéristique de Caribou a encore frappé !