Houmous Musical #36

Publié le par

Notre Houmous Musical hebdo : une playlist rien que pour accorder vos humeurs quotidiennes à six titres bien trempés !

Andrew Bird – « Fatal Shore »

MOOD : Le sel des larmes et des embruns

Andrew Bird a un talent particulier pour humecter les yeux. Ce flacon de sérum physiologique sur pattes est au demeurant un multi-instrumentiste virtuose, au doigté précis et au sens aiguisé de la mélodie. On lui doit pas moins de vingt-et-un albums studio, confectionnés avec l’assurance d’un artiste au public acquis de longue date. Au programme avec ce morceau mélancolique : une balade sur la plage ou au bord d’une falaise, sous un vent mordant propice aux contemplations.


Zaki Ibrahim – « Dangerous »

MOOD : Le fil du rasoir

La voix douce de Zaki Ibrahim se développe sans peine sur un fond électronique hanté, alors qu’elle chante la spontanéité et l’aisance… avec aisance et spontanéité. Canadienne, noire, musicienne, chaque trait de son identité entre en collision avec les autres, pour un résultat kaléidoscopique. Dans « Dangerous », la chanteuse invoque l’attrait de la confiance en soi, clé de toutes les trajectoires épanouies.


Warm Brew – « Psychedelic »

MOOD : Vous n’en croirez pas vos yeux

Les spécialistes sont unanimes : la relève du rap West-Coast est assurée. Ray Wright, Manu Li et Serk Spliff n’auraient osé en dire autant lors de leur rencontre au lycée de Santa Monica. Âgés de 14 ans, ils y tissent des liens solides, qui les poussent à former un groupe de rap quelques années plus tard. Jeux d’égos et questions existentielles s’allient en une savante mécanique, servie par un flow technique et rebondissant, avec cette vitesse à couper le souffle dont les Californien·nes ont le secret.


SOPHIE – « Immaterial »

MOOD : Métamorphes

Aux avant-postes de la néo-pop, SOPHIE catalyse les recherches de l’hyperpop et de la musique de club britannique, pour les synthétiser au moyen de secrets alambics. Cet attirail électrochimique constitue l’un des édifices les plus acides et addictifs d’une galaxie plus profonde qu’elle peut en avoir l’air de prime abord. À l’instar de ses comparses Grimes ou Arca, Sophie Long ne recule devant aucune question de société, avec un léger sarcasme en étendard. Qu’adviendra-t-il de nos âmes privées d’enveloppes corporelles ?


Buddy – « Black » feat. A$AP Ferg

MOOD : Du feu pour nos colères

Du noir des corps noirs, cible de toutes les violences étatiques et sociales, aux expériences de vie en clair-obscur des personnes noires, qui découlent de ces violences, Buddy sature l’air de braises pour fustiger la négrophobie, omniprésente et mortelle. À l’heure d’un mouvement de contestation antiraciste massif, le rappeur originaire de la banlieue angelena de Compton invite A$AP Ferg pour un constat inquiétant. Un appel à se saisir collectivement des moyens permettant de transformer le quotidien des personnes racisées, partout sur la planète.


Little Simz – « Picture Perfect »

MOOD : Désillusion contemporaine

Voici une bande-son parfaite pour vos amères déambulations urbaines post-confinement 2. Et elle est signée Simbi Ajikawo, alias Little Simz, rappeuse volubile britannique qui n’en finit plus d’enchaîner les bombes auditives. Intégré à merveille dans une œuvre marquée par les doutes et les frustrations de la vie sur Terre au XXIe siècle, ce morceau est une pépite sertie de sourires en coin, qui n’en oublie pas d’être sautillante pour autant.