Houmous Musical #17

Publié le par

Notre Houmous Musical hebdo : une playlist rien que pour accorder vos humeurs quotidiennes à six titres bien trempés !

Les trois titres de Juliette Poulain

Edgär – « The Lights »

Mood : mojito sur les toits

Ces deux-là ne sont jamais en retard à l’apéro – c’est eux qui l’organisent. Et pas n’importe comment ! Edgär fixe un rendez-vous avec le soleil couchant à travers « The Lights », morceau à la saveur estivale. Le nouveau titre baigne déjà dans les beaux jours et délivre une sacrée bouffée d’air frais, remède indispensable à la morosité post-confinement. En attendant les chaudes soirées de juillet, on vous invite à (ré)écouter Persona, sorti en 2017, et Walking into Heaven, paru en février dernier, les deux EP de ce duo amiénois qu’on chérit depuis les premières notes de « Two Trees ». Edgär c’est une pinte de douceur et un cocktail éclatant.


Cloud Factory – « Amnesia »

Mood : égoutter des spaghetti sur du post-punk grésillant

Nuage violet des soirs d’été qui peinent à rafraîchir, Cloud Factory regorge de ces sonorités dont la rouille et les ronronnements font tout le charme. Il faut dire que ces Toulousains ont déjà quelques kilomètres dans les pattes puisque Robin, le guitariste, joue avec Cathedrale et Alice, la chanteuse, avec Noir Audio. Le rock réitéré parsemé de pop et les riffs post-punk qui gondolent sur « Amnesia » en font d’emblée un morceau impeccable et percutant, comme leur premier EP – qu’on s’est empressé de dévorer – à paraître le 3 juillet prochain. 


Working Men’s Club – « Teeth »

Mood : se déhancher pour tout lâcher

L’électro insolent de « Teeth » accroche immédiatement. Aussi bien dosé qu’imposant, notre morceau préféré des jeunes anglais de Working Men’s Club revient comme un boomerang quand on frôle l’implosion. Riffs acérés et langoureux tournoyant autour de cette boucle effrontée, voix froide et dressée qui déblatère sur le monde, et nous, dérivant au gré de ce titre envoûtant. Parmi leurs singles, « Teeth » reste, pour nous, le plus original, celui qui laisse des traces, à l’instar du petit dernier « A. A. A. A. » auquel on vous conseille aussi de jeter une oreille.

Les trois titres de Jules Dublé

Gallowstreet – « Purple Whip »

Mood : crépuscule citadin

Les cuivres font partie de l’ADN de Gallowstreet, groupe originaire d’Amsterdam, dont certains membres ont été repérés dans d’autres projets tout aussi groovy, comme Jungle By Night. Le rythme implacable de ce morceau de soleil du soir est propre à animer l’imaginaire d’une marche déterminée, entre rues peuplées et places flamboyantes, toutes d’orange et de pourpre.


Jordan Rakei – « Rolling Into One »

Mood : prendre l’air sous l’eau

De l’eau, il y en a sans doute dans l’univers de ce couteau suisse néo-zélandais installé à Brisbane (Australie). Depuis sa découverte au milieu des années 2010 et sa propulsion sur la scène internationale grâce au duo house Disclosure, la patte de Jordan Rakei s’est affirmée. Des productions léchées, enrobant sans effort une voix suave, le tout emmené par un squelette funk maîtrisé : tout dans son dernier opus, Origins, renvoie de manière sensorielle à l’élément liquide. Bien secouer la tête après chaque écoute !


Suzi Wu – « Highway »

Mood : moteur, action !

À 21 ans, Suzi Wu émergeait sur la scène londonienne, bercée par les textes et l’esthétique de Beck et de Patti Smith. Intégrée à merveille dans le mouvement électropop, elle livre des créations rebelles, énergiques et implacables. Intrinsèquement féministe, « Highway » scande une indépendance incarnée et communicative. À suivre !