Houmous Musical #12

Publié le par

Notre Houmous Musical hebdo : une playlist rien que pour accorder vos humeurs quotidiennes à six titres bien trempés !

Fellini Félin – « Wall of Confusion »

Mood : ovni d’été

Félins, les jeux d’ombres et de lumières de ce morceau planant le sont sans nul doute. Comme les yeux d’un extraterrestre qui serait venu nous enlever à bord de sa soucoupe volante. Par méchanceté ? Vous n’y pensez pas : même E.T. aurait besoin de compagnie pour lézarder sous le soleil de mai, dès la fin du confinement !


Iron & Wine – « Naked as We Came »

Mood : re-naissance

Sam Beam est l’un des fleurons de la première vague de folk indépendant qui a frappé les États-Unis à l’aube des années 2000. Coutumier des changements de trajectoire au fil d’albums disparates, il offre à qui veut bien vraiment l’écouter des bijoux aux arrangements travaillés et aux paroles ciselées, pointant sous une apparente nonchalance. Ces accords de guitare sèche semblent lui avoir été susurrés à l’oreille par un brin d’herbe inspiré, lors d’une sieste à l’ombre.


Channel Tres – « Glide »

Mood : beach club

Plus les années passent, plus les styles se mélangent. Une devise dont la réalisation semble inéluctable, à mesure que les artistes du XXIème siècle s’influencent mutuellement, accouchant de fusions qu’il aurait fallu inventer si elles n’existaient pas. Sur cette piste enivrante, Channel Tres révèle son talent de synthèse en unissant les sonorités de la house des origines à sa voix profonde. Ni rap, ni techno, voilà une BO toute trouvée pour siroter votre cocktail préféré au bord de l’eau.


Charlotte Adigéry – « High Lights »

Mood : hymne drag

Perruques, néons, phrasé redoutable et non moins décontracté, humour désopilant affiché dans des clips colorés : Charlotte Adigéry a tout pour séduire une drag queen en quête d’inspiration. Le refrain de « High Lights » déroule son énumération jubilatoire sur des beats nocturnes qui font sérieusement frétiller mes talons aiguilles.


Moko – « With You »

Mood : déclaration d’amour on the runway

Difficile de retenir quelques claquements de doigts compulsifs pour accompagner le chant satiné de Moko, slalomant entre le gospel et la soul pour produire un R&B qui ne sonnerait pas déplacé dans un défilé de mode. Ici, la Londonienne nous tire par l’oreille pour nous rappeler que parfois, l’amour ne tient qu’à notre capacité à le crier sur tous les toits.


Lhasa de Sela – « La marée haute »

Mood : accents tragiques

Le 2 janvier 2010, les radios annonçaient avec tristesse la mort d’une chanteuse américano-mexicaine. Terrassée par un cancer dix ans trop tard pour faire partie du Club des 27, elle a emporté dans la tombe sa voix jazz, souvent mélancolique. Dix ans après cette tragédie du monde de la musique, c’est l’occasion de se remémorer celle qui n’avait pas sa pareille pour vêtir l’espagnol, l’anglais et le français de sanglots-violoncelles.