« Briller » : Holliel et les espoirs d’une rédemption de la violence quotidienne

Publié le par

Le clip de « Briller » est saisissant, choquant même. D’une réalité sans détour et crue, il se dirige vers une forme inattendue d’espoir, alors que tous les éléments s’acharnent sur son héroïne, figure de proue de ces êtres malheureusement en marge mais capables de se donner les moyens de désirer autre chose, entre les motivations de la détresse et l’envie d’une espérance soudaine et réconfortante.

« Sentir au fond de soi / Qu’on a tant à donner / Que le monde ne sait pas / Qu’un jour, on peut briller ». Ce paroles, lumineuses, seront le centre névralgique d’un court-métrage dont l’impact durable et immédiat traumatise et éveille les consciences. Des marques de coups sur un visage féminin, l’histoire narrée par Holliel d’un sort décidément peu clément et d’une rare cruauté ; « Briller » est un enfer intime dont la mutation s’élève continuellement, dont les effets cinématographiques et musicaux se percutent en nous et modifient à jamais notre perception des troubles et traumatismes de créatures soumises aux aléas des comportements de leurs proches.

Holliel n’embellit jamais son propos de phrases moralisatrices ou idéalistes. Il nous demande, par l’intermédiaire de ce formidable film, de réfléchir, de nous incarner à l’intérieur de l’écran afin d’encourager son héroïne, femme solitaire et à la dérive mais éprise d’émancipation et de témérité. Dans un ultime sourire que l’on n’aurait jamais pu imaginer lors des prémisses de « Briller », la mue opère, puis se fait complète. Il demeure, viscéralement, une infinité de possibilités afin de prendre notre envol. Holliel rapproche admirablement nos désirs d’enfance et d’adolescence, la crudité d’un monde imparfait et l’espérance de la réalisation de fantasmes inavoués mais qui ne nous ont jamais fait faux bond. « Briller » est magnifique, fort et d’un optimisme rare sans jamais devenir lacrymal. Une justesse verbale, instrumentale et visuelle comme on en rencontre peu face à un sujet aussi grave.


Retrouvez Holliel sur FACEBOOK · INSTAGRAM