Pro-crasse-tination

Publié le par

C’est sale, c’est lourd et le pire, c’est que ça fait du bien là où ça fait mal ! Heckel & Jeckel signe un disque dont le bruit et la fureur nous fracassent l’esprit et les tympans, dans une jouissance grunge et stoner qui n’a pas fini de faire des victimes. Consentantes, cela va de soi.

crédit : James Devlin (Jammers)

Enfin un disque qui fait sauter les plombages et crisser le peu de dents qu’il nous reste après l’avoir découvert, en ce début d’année 2020 ! Welcome in Crow crasti nation, c’est un peu comme si vous aviez laissé vos guitares sur vos amplis et que celles-ci prenaient vie sans crier gare, prise de convulsions et d’une crise de schizophrénie impossible à contrôler. Inutile de tenter quoi que ce soit ; au contraire, planquez-vous dans un coin, dans le noir, et observez. Les figures démoniaques de Heckel & Jeckel vont vous sourire (malgré les masques…), les dents jaunies par la nicotine et usées par l’alcool. Avant de vous envoyer un nombre incalculable de décharges électriques et de coups de cordes. Mais vous êtes prévenus : vous risquez bel et bien d’y prendre goût…

La piste éponyme déverse sa montée en puissance stoner lentement, de façon vicieuse et vénéneuse. La saturation est épaisse, emplit les gorges et les poumons. Dès lors que « We wish you a merry nothing » accélère et percute chaque obstacle pour mieux le réduire en poussière, au fil d’un punk blafard et extatique, tout change, crépite, brûle. Car l’opus, en plus de nous coller à la peau comme le goudron et l’huile d’une machine implacable, nous fascine de bout en bout, que ce soit grâce à la trompette encerclée par les loups rock menaçants de « I care » ou à une relecture contestataire et emplie de fiel d’un des tubes immortels de Dutronc, qui va certainement faire parler d’elle. À tel point qu’on finit par se dire qu’il n’y avait que Heckel & Jeckel pour nous gratifier d’une reprise aussi percutante et qui, dans sa folie pure, nous provoque pour voir si on va, oui ou non, finir par lever les poings. Et, si possible, frapper dans les murs friables de la platitude ambiante.

Ouvrez les yeux, s’ils n’ont pas fondu dans les minutes précédentes. La pièce est silencieuse et sens dessus dessous. Vous pouvez toujours ranger, ou remettre ça à demain. Ou laisser Heckel & Jeckel ramasser les cadavres. De toute façon, ça ne finira jamais ; Welcome in Crow crasti nation fait désormais parti des meubles. Même si ces derniers ont littéralement volé en éclats, bien sûr…

Welcome in Crow crasti nation de Heckel & Jeckel, sorti le 18 février 2020 chez P.O.G.O. Records.


Retrouvez Heckel & Jeckel sur FACEBOOKINSTAGRAM