En route #4 avec Johnnie Carwash

Publié le par

Parmi les pépites du Crossroads Festival, on retrouve Johnnie Carwash, trio déjanté qui drift tranquillement entre son garage de pop sucrée et le punk sauvage et coloré qu’on connaît bien. Faites tourner les platines, leur EP Mom is a punk! sort en vinyle dans deux jours. En attendant, enfilez vos bonnets de bain, on va faire trempette dans leur rock piscine !

PUNKTUM : Salut à vous trois ! Comment allez-vous ? 

Johnnie Carwash : Hello ! Et beh écoute, ça va très bien, on t’écrit actuellement sur l’autoroute, on vient de se faire doubler par une 206 tuning orange, MAGNIFIQUE.

Quel plaisir de vous compter parmi les artistes invités au Crossroads Festival cette année ! J’imagine que vous êtes contents d’y participer (même en digital) après une petite date en festival cet été ?

Oui très contents, même en digital, ça nous a fait un bien fou de rejouer ! Du coup, on a fait notre seule date de l’été en Ardèche pour Oh Plateau, un festival dédié à l’émergence. C’était au bord d’un lac, on a joué dans la cour d’un château, il y a pire comme cadre. Maintenant, on a hâte de tourner afin de pouvoir partager à nouveau notre musique avec le public !

Que pensez-vous de cette adaptation du Crossroads en session live diffusée en direct ?

C’est une super initiative, une belle preuve d’engagement dans le soutien à l’émergence. Tout a été fait pour que les artistes puissent présenter leur musique dans de super conditions, avec le concours d’Attic Addict pour les captations vidéos. On a quand même ressenti une pointe d’adrénaline avant la diffusion du live, ça faisait plaisir de retrouver cette sensation !

La programmation du festival est assez éclectique, comment définissez-vous le style de Johnnie Carwash ?

Pour nous, Johnnie Carwash c’est de la pop garage mais tu peux le définir comme tu veux. Peu importe l’étiquette que tu attribues au groupe, l’essentiel est que ça te touche.

« On répète dans un garage bordélique rempli d’araignées, on s’est mis à jouer sans se poser de questions ni se censurer, le but c’est juste de kiffer. »

Johnnie Carwash

Comment est né le groupe ?

Johnnie Carwash s’est formé d’une envie commune de vouloir faire de la musique sans se prendre la tête. On répète dans un garage bordélique rempli d’araignées, on s’est mis à jouer sans se poser de questions ni se censurer, le but c’est juste de kiffer.

Votre EP Mom is a Punk, qui a vu le jour en 2019, est un joyeux mélange de punk, pop rock et de la vague post-punk actuelle. Comment se sont passées la composition et la création de ce trois titres ?

On compose à trois ! « Forever Yours » et « Miserable » sont sortis très rapidement. Pour « Lazy », c’était un peu différent, on avait un riff qu’on traînait depuis un moment, puis l’idée du refrain et de mettre les trois voix en avant est venue ensuite. Il a fallu un temps pour tout digérer et comprendre comment développer le morceau, on l’a fini sans presser les choses. Au moment de l’enregistrement, on s’est posé trois jours dans notre local avec Romain Da Silva et on a fait ça en prise live, avec quelques ajouts de guitare, au feeling.

On a vu passer des images sur les réseaux sociaux d’une résidence à l’Épicerie Moderne ces derniers jours, quels sont vos projets pour 2020 ?

Effectivement, on a eu la chance de passer trois jours en résidence à l’Épicerie Moderne afin de préparer notre concert à Bourges ! C’était principalement pour travailler le son avec Romain qui va nous accompagner sur les prochaines dates. C’était une chouette expérience dans une magnifique salle de concert. Sinon le 16 septembre, on sort Mom is a punk ! en vinyle, avec un titre inédit, trop hâte de vous le présenter ! On jouera en extérieur à Grenoble le 11 septembre, à Tulle le lendemain, et ensuite aux iNOUïS à Bourges le 17 septembre, en intérieur et en configuration assise cette fois, une première pour nous. Pour l’automne, c’est un peu flou pour tout le monde, on a quelques dates mais on ne sait pas comment la situation va évoluer donc vous tiendra très vite au courant.

Un morceau qui vous influence, ou vous a marqués récemment, pour clore l’interview ?

« Scars » de Pinact, très cool.


Écoutez Johnnie Carwash ici !

Retrouvez Johnnie Carwash sur FACEBOOKINSTAGRAMYOUTUBE