En route #2 avec Bill The Dog

Publié le par

Dans le cadre du Crossroads Festival, on embarque avec la bande bien énervée Bill The Dog. Ces intrépides furieux qui veulent caillasser du bobo en dévalant les rues d’Amiens en caddie, qui headbang dans la forêt et crient à la démission de Macron n’ont que deux ans et déjà deux albums très épicés, genre murs de guitare électrique, basse ravageuse et batterie révoltée. Préparez-vous, ça sent le punk à plein nez et vous ne résisterez pas aux pogos dans le canapé !

crédit : Kenza Drah

PUNKTUM : Nous sommes très content.e.s de vous accueillir au Crossroads Festival ! C’est la première fois que vous venez je crois, comment vivez-vous cette édition digitale un peu spéciale ?

Bill The Dog : Même en édition digitale c’est toujours un plaisir et une belle opportunité de participer à ce genre de festival. Ça fait plaisir de voir qu’il y a des personnes qui se bougent histoire de ne pas laisser les petits artistes crever.

Ce qui est dommage avec le digital c’est qu’on ne verra pas un pogo sur votre titre « Bagarre »…

C’est sûr, mais le public sera toujours libre de mettre des coups de tête dans son ordinateur si il le souhaite !

Avec vos deux albums Lundi de chien (2018) et Schizophrenic Cerberus. L’histoire d’un cabot maboul (2019) vous avez sorti l’artillerie lourde du punk français. Justement, c’est quoi le punk pour vous en 2020 ?

Le punk c’est certes de la musique mais c’est aussi et surtout un état d’esprit. C’est vouloir faire ce qu’on veut quand on veut. Refuser le train-train du métro/boulot/dodo. Même si le punk a connu énormément d’évolutions, on reste dans l’esprit old school de la chose : amuse-toi tant que tu peux parce que merde, on a qu’une vie ! Et si tu peux faire chier tes vieux voisins réac en prime c’est parfait.

Vous enchaînez les titres aux riffs acérés, décoiffants et aux paroles aussi engagées que cyniques. Comment se passe l’écriture et la composition des morceaux ?

On a deux façons de composer : soit un des membres vient avec un morceau déjà presque fini et on le peaufine tous ensemble. Soit on improvise pendant les répét’ et à la fin de certains boeufs, on se regarde tous en souriant comme des teuteus et là on sait qu’on vient de trouver une bonne piste pour composer.

« Amuse-toi tant que tu peux parce que merde, on a qu’une vie ! Et si tu peux faire chier tes vieux voisins réac en prime c’est parfait. »

Bill The Dog

Les punks anglais prônaient le « No Future », mais vous, comment envisagez-vous l’avenir de Bill The Dog ?

On croit au futur, du moins celui du groupe parce que pour ce qui est de la société, c’est une autre paire de manche… Tout ce qu’on veut au fond c’est faire des tournées, des concerts, de la 8.6, un peu de sang et surtout de la rigolade entre copains. Si en plus on arrivait à vivre de ça, ce serait le meilleur futur possible.

Un morceau qui vous influence pour clore l’interview ?

Pour Stear, notre batteur, ce serait toute la disco de Slipknot et pour Doc. Bad, le guitariste… et bah il ne sait pas !


Retrouvez Bill The Dog sur FACEBOOKINSTAGRAMYOUTUBE


Le concert de Bill The Dog au Crossroads Festival sera diffusé à 22h20 le mercredi 9 septembre sur leur site et les médias partenaires

Suivez le Crossroads Festival sur LEUR SITE • FACEBOOK • INSTAGRAM • TWITTER • YOUTUBE