[EN EXCLU] « Guinée-Bissau » : la (re)création selon Blackmail

Publié le par

Bien plus qu’une remise en question de l’existence même, « Guinée-Bissau » permet à Blackmail de situer sa renaissance au milieu de terres ancestrales, là où toute forme de vie peut commencer sa seconde venue. Une construction du corps et de l’esprit tout aussi spirituelle que mécanique et organique.

La mer, en mouvement. Ses déformations visuelles, ses écarts de conduite, devant la caméra de la réalisatrice Sylvia Tournerie. Les boucles synthétiques et rythmiques s’élancent, lentes et basses, terreau propice à un phénomène naturel et astral donnant rapidement lieu au changement, au renoncement puis à l’évolution. « Guinée-Bissau » s’écoute, se nourrit des variations géométriques de l’eau nourricière pour mieux imposer sa volonté ; celle d’une unicité nécessaire au coeur du tumulte humain, de décisions certes étranges et périlleuses mais néanmoins vitales. Si l’on veut pouvoir se réinventer, il faut tout remettre à plat ; ne pas revenir en arrière mais réinitialiser notre essence, notre vision de la civilisation. Comme les vagues se déforment et épousent les contours d’un objet vivant non identifié, le nouveau titre de Blackmail évoque ses ambitions, toujours à hauteur d’homme.

Puis vient l’interrogation. La désintoxication est-elle une forme d’illusion, de résolution condamnée à l’échec ? Le doute peut-il fracasser à grands coups de virtuel les seuls élans qu’il nous reste du réel, les corps, les sens, les orgasmes culturels ou physiologiques ? Rien n’est impossible malgré la froideur sans réponse de « Guinée-Bissau ». Il suffit d’observer bien au-delà des apparences, de se laisser happer par le trip émotionnel et électronique d’une piste obsédante, amère et essentielle à notre progression. Face à l’immobilisme, il demeure une échappatoire ; Blackmail l’ouvre pour vous et vous incite, plus que tout, à vous y engouffrer, sans nostalgie ni regret.

Une hallucination française de Blackmail, sortie le 5 février 2021 (Yuk-Fü Records).


Retrouvez Blackmail sur FACEBOOKINSTAGRAMSOUNDCLOUD