De l’autre côté du miroir #10

Publié le par

KUNTA – Anything Goes

Au premier abord, ça ressemble à du grand n’importe quoi. Quelque chose entre l’absurde, le crade urbain gris et sale, les débris en guise de décors, la cité à l’arrêt et où résonnent les flashes d’actualités parfois connues, souvent refoulées. Pourtant, la contagion prend rapidement : « Anything Goes » offre à l’impossible des atours de destinée, de but à atteindre grâce à l’énergie folle et décalée de KUNTA. Une jouissance coupable qui abat ses cartes sans prévenir, de lignes d’orgues à des cuivres envoûtants, de beats sans concession à ce flow parfait et clairement maître de ses pulsions et ambitions. Écouter KUNTA revient à se laisser tomber dans la nonchalance dépressive du quotidien pour mieux y faire éclater quelques pétards et feux d’artifices dont les explosions feront bouger les esprits et les plaques tectoniques. Rien ne nous avait préparés à ça. En tout cas, cette pure extase rap (mais pas que) urbaine semble se laisser tranquillement apprivoiser afin de mieux mordre et ne plus lâcher sa proie. Ce dont on ne va certainement pas se plaindre. KUNTA vous en dit plus sur FACEBOOK et INSTAGRAM.


Victor Solf – How Did We ? (featuring ZéFIRE)

Un formidable rebond. Victor Solf misait gros en se lançant dans l’épreuve post-HER avec un premier opus dont le second extrait, « How Did We ? », nous introduit à l’impact que son travail aura irrémédiablement sur nous. Une pop riche, complexe sans être hermétique et, plus que tout, emplie d’émotions vives et à fleur de peau. L’errance de notre protagoniste sur son embarcation de fortune apparaît comme un constat avant de se lancer corps et âme vers l’avenir ; un espoir volontaire et motivé par l’énergie et l’envie de ne pas s’arrêter en cours de route, de faire le deuil autant que de ne plus regarder en arrière. Naufragé certain de parvenir vers de nouvelles terres fertiles, Victor Solf ne se laisse pas intimider par la pression ou de futiles ambitions ; il est, unique et entier, immergé dans le désir d’insuffler une vie nouvelle et éternelle à ses capacités artistiques. Still. There’s Hope. s’annonce comme une surprise destinée à devenir un indubitable exemple de volonté et de dévotion. Pour en savoir davantage, retrouvez Victor Solf sur FACEBOOK et INSTAGRAM.


Ali Veejay – Last Long

L’itinéraire artistique d’Ali Veejay ne cesse d’être passionnant et imprévisible à chaque nouvelle apparition. Du rock revendicatif au hip-hop colérique, de l’intimité instrumentale au folk et à la pop, le musicien ose tout, sans barrières ni craintes ; et c’est bel et bien ce qui fait de lui un créateur unique en son genre. Annonciateur d’un premier album à paraître le 30 avril, « Last Long » dévoile une force sensible déroutante et absolue, une maîtrise du sujet musical comme on n’en attendait pas de la part de notre guide. Soignant ses dessins et ciselant ses mots, protégeant sa nature protéiforme dans des aigus vocaux d’une frissonnante beauté, Ali Veejay s’engage sur des chemins où l’audace et la lumière l’attirent enfin, lui faisant signe d’avancer et d’emporter avec lui une identité sans nulle autre pareille. « Last Long » est une œuvre d’art bien moins innocente qu’elle n’y paraît, une quête introspective et universelle dont les traits et les harmonies se cherchent puis s’unissent en une apothéose sensorielle qui nous saisit, nous perturbe, nous éblouit. Ali Veejay vous attend dans son monde à part sur FACEBOOK et INSTAGRAM.


Laura Cahen – La Jetée (Live Session)

Des secondes stroboscopiques. Dans la semi-pénombre, autour de Laura Cahen, des figures fantomatiques apparaissent et se mettent subrepticement en repli, mystérieuses mais essentielles. « La Jetée » n’est pas une simple captation live ; c’est une aventure intérieure, la marque indélébile d’une compositrice prête à mélanger les modes d’expression, les arts, les langages. Entre les ténèbres et la lumière, au cœur d’éléments qu’elle s’approprie et habite à la perfection, la musicienne emploie ses tonalités électroniques pour inviter le spectateur à une danse désespérée et libératrice, à se propulser lui-même dans l’inconnu et la jouissance d’une individualité redevenue sienne. Au-delà du sacrifice premier, « La Jetée » est une terrassante renaissance, dont la simple vision fait perler la sueur le long de nos épidermes et les larmes au coin de nos yeux. La preuve irréfutable que l’artifice, entre des mains respectueuses et sensibles, est le fruit de mille et une merveilles. Suivez dès maintenant Laura Cahen sur FACEBOOK et INSTAGRAM.


Corentin Ollivier – I Shot An Arrow

Une humilité sans faille, une véracité du verbe et de l’intention frôlant l’émotion dans son essence la plus difficile à distiller ; « I Shot An Arrow » est une histoire, l’aveu d’un musicien confronté à sa muse, à son double vivant qu’il menace avant de demander un impossible pardon. Corentin Ollivier orne son folk éthéré d’arrangements subtils mais grâcieux, d’une voix confidente et chaude qu’il ne dissimule jamais et laisse au service de son phrasé et de ses anecdotes existentielles. Quand le chasseur devient la proie de ses crimes et de ses fantasmes, il se laisse entraîner dans quelques secondes d’une solitude rédemptrice, d’un pas vers la sentence apparaissant au loin mais à laquelle il se prépare sans jamais se défiler. Un testament superbe et dont le songwriting nous transperce et nous bouleverse. Suivez les pas de Corentin Ollivier sur FACEBOOK et INSTAGRAM.


föze – in a sunday mood

Les tonalités bleutées et phosphorescentes du breuvage nous font de l’œil. L’air semble chaud, étouffant. Pour nous désaltérer tout en profitant d’un repos bien mérité, « in a sunday mood » dessine une nonchalance musicale chill apaisante et confortable, un moment de grâce sous les rayons de l’astre solaire. La chanson et le clip sont évanescents, même au détour d’une virée nocturne vers une grâce inconnue, un voyage pour quitter le quotidien et les semaines de plomb et de soumission professionnelle et sociale. föze trace les contours brumeux d’une sieste favorisant le soulagement et l’éternité d’une régénération intérieure, tant et si bien que les parfums voltigeant autour de notre héros traversent l’écran et nous saisissent afin de mieux exciter et éveiller nos sens. Une sérénité ultime, une ode à la paresse et au laisser-aller sans que ceux-ci puissent être à aucun moment une source de reproche. La perfection dans la langueur. Laissez-vous envoûter par föze sur FACEBOOK et INSTAGRAM.