Les cris de rage de Dakiniz

Publié le par

Pas la peine de tenter d’échapper à ce disque empli de dynamite sonore prête à exploser et à éparpiller chacun de nous dans tous les sens ; Dakiniz signe un opus exceptionnel, tant par sa colère que par son identité, quelque part entre le noise rock des 90’s et les cadences effrénées d’un art du bruit et de la fureur qui fait autant plaisir à voir que saigner les tympans !

Regards de psychopathes et salive acide au coin de la bouche, les trois exilés volontaires de Dakiniz, tout juste évadés de l’asile rock où croupissaient, ont bel et bien décidé de prendre leur revanche, et en y mettant les formes. Raging Shouts transpire par tous les pores de nos peaux étirées, apportant une chaleur vive qui traverse tous nos membres. N’ayant jamais peur de nous ébouillanter les neurones et la cage thoracique, le groupe parisien impose des compositions au goût âpre de piments rouges qui n’en finissent pas de nous consumer ; mais sans pour autant oublier de donner du sens à ces dernières. Ainsi, le disque, déjà prompt à dévaster nos appuis les plus fragiles (et ils sont plutôt nombreux, finalement), assaisonne ses ingrédients d’arrangements vocaux ou rythmiques impeccables et venus d’ailleurs. Ce qui, en plus de nous retourner les sens, les aiguise jusqu’à la rupture.

Vendant son âme au diable pour gagner son ticket vers les sommets de l’électricité et le cœur de l’orage (« Score One For Satan »), Dakiniz n’essaie même pas de parlementer et tend les muscles avant de ne plus du tout les maîtriser. Les secondes centrales grunge de « NWO » sont jubilatoires et aptes à faire frémir bon nombre de formations actuelles, alors que la puissance nucléaire de « Sputnik » part en lambeaux dans une ultime chute le long de pierres acérées. Témoignant d’une époque où tout était possible, même les idées les plus barrées et subites, Raging Shouts collectionne les dérapages, les pneus usés d’une cavalcade prête à faire cramer le bitume et à rouler sur les jantes en filant jusqu’à ce que le moteur rende l’âme (« The Mario Bros Nemesis »). Le trio va même jusqu’à se permettre une progression en douceur – tout est relatif ! – sur « Fucked For Ages », alternance de courants mécaniques en perpétuelle innovation, avant d’atteindre une ville imaginaire dont les habitants risquent fort de se barricader au passage du convoi (« The Last One » et ses dernières minutes instrumentales menaçantes et orgasmiques).

crédit : Julien Heurtel

On tient enfin entre nos mains l’album apte à décapiter et faire cuire nos fainéantises modernes. Raging Shouts donne sérieusement envie de hurler, tant et plus, jusqu’à perdre nos voix et nous user la gorge. Mais que c’est bon !

Raging Shouts de Dakiniz, sortie le 27 mars 2020.


Retrouvez Dakiniz sur leur SITEFACEBOOKTWITTERINSTAGRAM