Bouillabaisse Musicale

Publié le par

Les filets pleins, on revient de la pêche avec quelques perles sans coquillage, beaucoup de crustacés et, évidemment, une quantité colossale de poissons qu’on a sélectionnés avec soin pour notre bouillabaisse musicale. Après avoir mijoté toute la journée, les fines bouches que nous sommes vous l’apportent sur un plateau d’argent. Ne nous remerciez pas, vous avez désormais de quoi vous laver les papilles et faire saliver vos oreilles !

O-Zone – « Dragostea Din Tei »

Mood : faire des flexions en famille dans le jardin

Combien sommes-nous à reprendre « noumanoumayé » en hurlant quand le refrain s’élance ? Rien de tel que le riff entraînant de la pop roumaine des mythiques O-Zone pour enflammer une salle des fêtes comblée ou une séance de sport intense. Hymne immortel des années 2000, « Dragostea Din Tei » s’extirpe des entrailles sombres de l’être humain pour créer une ambiance festive, colorée, bourrée d’un optimiste qui enchantera plus d’une paire de tympans !

Diam’s – « DJ »

Mood : powouaire tou zeu blondes !

La petite princesse du rap français a su mettre tous ses rivaux à l’amende grâce à une collection de tubes tous plus imparables les uns que les autres. Parmi eux, « DJ » tient une place prépondérante dans nos petits cœurs battants au rythme syncopé des joutes verbales de la dame, notamment au fil d’une relecture du sensuel « Sway » de Dean Martin surpassant haut-la-main l’original. Un gros coup de gueule féministe comme on n’en fait plus de nos jours !

Napalm Death – « You Suffer »

Mood : méditation profonde

Souvent imité mais jamais égalé, le tube intemporel des grindcoreux de Napalm Death a fait couler beaucoup d’encre, ce qui se comprend facilement : riffs s’enchaînant à une vitesse vertigineuse, variations vocales et lyrics incendiaires et argumentés, batterie à la mécanique audacieuse et imparable, ligne de basse mouvementée et en constante évolution harmonique, tout captive l’auditeur sur une durée qui, aujourd’hui encore, laisse pantois chaque auditeur mettant la main sur cet hymne en puissance. On vous offre ici la version longue et non censurée ; asseyez-vous confortablement et profitez de cette langoureuse balade sonore.

Lorenzo – « Fume à fond »

Mood : jardinage dans le grenier

On ne pouvait pas continuer à faire des drifts en Citroën C3 sur l’autoroute sans vous parler de celui qui entre sur scène en scooter ! Nous ne sommes pas de fins gourmets en terme d’esthétique rap, mais il faut avouer que le titre « Fume à fond » de Lorenzo a eu raison de nous. Instru léchée, prod propre et pétard bien roulé, la fine plume du rap français vous envoie au septième ciel en un battement de cils. Celui ou celle qui pense que la soirée est terminée peut monter encore un peu le volume, il ou elle s’est bien gouré.e. Au fait, t’as pas un briquet ?

René la Taupe – « Mignon Mignon »

Mood : écolo un jour, écolo toujours

Oubliez les Tryo et autres Pierpoljak de bas étage ; le renouveau du reggae hexagonal est ici et nulle part ailleurs ! Le sympathique et cajoleur René la Taupe a bercé nos petites têtes blondes et fait jammer les cours de récré pendant de longs mois, et cette renommée amplement méritée n’est pas prête de s’éteindre. Quel dommage que notre rongeur préféré n’ait pas poursuivi sa carrière, victime de sa myopie et mort écrasé sur une chaussée morne et solitaire. RIP René, on ne t’oubliera jamais !

Céline Dion – « On ne change pas »

Mood : une fin sublime

Celle qui brille parmi les astres, la seule, l’unique, c’est Céline. Dans un brun de nostalgie, elle conte merveilleusement les étapes de la vie, d’un changement que l’on croit intrinsèque mais qui s’avère surtout superficiel. Le déterminisme humain est ancré profondément en nous, et même si l’on se voit grandir et évoluer, on ne change jamais réellement. Magnifiant la splendeur déjà acquise du Mommy de Xavier Dolan, ce morceau de la Queen québécoise continue pourtant de nous donner des frissons !