Le songwriting darwiniste de Blake Mills

Publié le par

Balançant entre folk épuré et sonorités inquiétantes, Mutable Set de Blake Mills est une cellule vivante évoluant constamment et dont le noyau recèle une multitude de mystères désarmants.

La musique de Blake Mills ne ressemble à aucune autre et nous est pourtant familière. Elle peut être définie en couches superposées, chacune dépendant de l’autre sans pour autant perdre sa propre définition. Le folk, élément primordial de l’expressivité du songwriter, s’impose en premier lieu, calme, serein, à l’écoute. Cependant, ce n’est pas lui qui nous perturbe le plus et nous attire vers des chemins de traverse harmoniques d’une rare ingéniosité ; ce serait plutôt ce mélange d’arrangements imprévisibles, de dissonances et du timbre quasiment murmuré de l’artiste. L’opus se métamorphose, dès lors, en expérience surnaturelle, berçante et curative.

Les longs passages répétés puis étirés, avant de se conclure par de sublimes trésors créatifs, imprègnent Mutable Set d’une confortable et attentive vision, tantôt aimante, tantôt interrogative. Les lentes secondes introductives de « Never Forever » préparent l’auditeur à l’apothéose mélodique et instrumentale qu’est « Money Is The One True God », constat amer mais jamais désespéré d’une des plus grandes dérives humaines ; celle-là même que l’on retrouvera dans les loops synthétiques de « Vanishing Twin », cet être nous poursuivant tant dans le réel que dans l’imaginaire et dont la présence, quoique distante, est essentielle. Blake Mills chuchote ses complaintes, ses poèmes sincères et désabusés, mais ne sombre à aucun moment dans un quelconque égocentrisme. Sous ses formes intimes, le disque est universel, alliant les tonalités du blues grâce à une légère ligne de basse (« My Dear One », dont le battement résonne encore à nos oreilles), les effets secondaires de calmants sonores (« Mirror Box ») ou la sagesse d’une nuit solitaire (« Window Facing A Window »).

Bien que cela semble peu approprié ou osé, Mutable Set est pourtant un album darwiniste : une théorie de l’évolution regardant aussi bien vers ses racines qu’en direction de ses futures transformations. Celles qu’elles provoquent en nous à son écoute parviennent d’ores et déjà à modifier nos codes génétiques, avec bienveillance et confiance.

Mutable Set de Blake Mills, sorti le 20 mars 2020 chez A New Deal Records/Verve Records.


Retrouvez Blake Mills sur SON SITETWITTERINSTAGRAM