Au Royaume de Stéphane Lavoué

Publié le par

Celui que l’on a choisi de vous présenter dans ce premier Grand Angle n’avait rien à voir avec la photographie. Stéphane Lavoué était ingénieur en bois en Amazonie au début des années 2000 lorsqu’il a, par hasard, découvert les œuvres magistrales du renommé photographe brésilien Sebastião Salgado. De retour en France, Stéphane Lavoué n’a qu’une seule idée en tête : tout lâcher pour vivre du huitième art. En 2015, après quelques années de commandes (pour la presse, des projets collectifs, ou encore la Comédie Française), notre photographe s’affranchit de toute demande et s’envole de ses propres ailes vers le Vermont, où naît sa première série personnelle, « Le Royaume ». Zoom sur une série rude et somptueuse.

Si les paysages du Vermont dégagent une splendeur saisissante, ses habitants sont tout aussi surprenants. Dans un coin de la région, loin d’une vie grouillante ultra connectée et capitalisée, les Vermontois ont autoproclamé un « Royaume », symbole fort d’une autarcie entièrement assumée. Fraîchement débarqué dans la contrée, Stéphane Lavoué tente également de savourer une liberté totale, souvent exaltante et vertigineuse, en entreprenant un travail photographique de son plein gré. A commencer par trouver un fil conducteur, une cohérence dans ses clichés. « Où est le roi ? » demande-t-il aux habitants.

Des clichés à l’élégance lynchéenne de Stéphane Lavoué émane un trouble captivant entre présence et absence.

Cette question, qu’il réitère au fil de ses rencontres, est un bon prétexte pour se faire accepter au sein de la communauté alternative du Northeast Kingdom, et construire son propre « conte photographique ». Des clichés à l’élégance lynchéenne de Stéphane Lavoué émane un trouble captivant entre présence et absence. En effet, d’un simple coup d’oeil, on se retrouve facilement envoûté par la nature coriace vermontoise désertée de tous, ou, à l’inverse, par des portraits poignants surplombant les vastes paysages. En revanche, certains regards semblent conquis par l’absence, hantés par de vieux fantômes ; tout comme on décèle des traces de présence humaine dans des paysages vides. Visible et invisible s’entremêlent.

Mystérieuse et fascinante, la série de Stéphane Lavoué laisse libre court à notre imagination et témoigne surtout d’une dure réalité au prix d’un royaume.

« Le Royaume » explore l’identité et l’histoire américaine que ses habitants s’acharnent à bâtir à travers le territoire même. De maisons délabrées en hangars déglingués, la texture photographique de Stéphane Lavoué s’accorde aux terres désindustrialisées, aux visages sculptés dans lesquels on pénètre sans vraiment les décrypter. On les a déjà vus quelque part, en rêve ou en cauchemar, peut-être même en vrai. Mystérieuse et fascinante, la série de Stéphane Lavoué laisse libre court à notre imagination et témoigne surtout d’une dure réalité au prix d’un royaume.


Découvrez « The Kingdom » de Stéphane Lavoué ici !

Retrouvez le travail de Stéphane Lavoué sur SON SITE !