Arabella fait son cinéma

Publié le par

Quatre consonnes et quatre voyelles, ceci n’est pas une reprise de Carla Bruni mais bien le nom d’Arabella. Fraîchement débarquée de Grenoble, la horde de jeunes talents fait irruption en 2019 avec des titres comme « You Will Know », réincarnation osée et réussie de ce rock des années 2000 aux airs britanniques. En attendant impatiemment leur prochain single « Wild » à paraître début 2021, il est temps de se (re)plonger dans leurs concerts et leurs clips à l’esthétique parfaitement maîtriser et les écouter nous parler ciné.

crédits : Jessica Calvo

J’ai toujours rêvé d’être un gangster

de Samuel Benchetrit. Avec Edouard Baer, Anna Mouglalis, Jean Rochefort. (France, 2007).

Rémi (chanteur) : De l’espoir à la désillusion, croire en soi et se rendre compte des croyances erronées que l’on porte sur soi. Ce film est une cascade d’humour décalé mais tellement vrai, une course vers ce que l’on aimerait être. Le noir et blanc me touche beaucoup. Le souvenir ; l’image d’un temps révolu sont des inspirations dominantes dans les textes d’Arabella. J’ai toujours rêvé d’être un gangster c’est une écriture qui tente de poser le mot juste sur une sensation et la beauté d’un silence intérieur qui nous domine lorsqu’on est frappé par notre réalité. Ce film m’inspire dans l’écriture comme dans la musique car il oscille entre légèreté et enchaînement fatal qui sont, selon moi, deux caractéristiques de la création. Et puis Edouard Baer est juste géant.


Drive

de Nicolas Winding Refn. Avec Ryan Gosling, Carey Mulligan, Bryan Cranston. (États-Unis, 2011).

Quentin (bassiste) : Un film inspirant et immersif où l’on se délecte autant des silences pesant et annonciateurs que des morceaux géniaux utilisés pour constituer la BO du film. Du grain de l’image à la couleur des sons rien n’est laissé au hasard et tout fonctionne à la perfection.


Leto

de Kirill Serebrennikov. Avec Roman BilykIrina StarshenbaumYoo Teo. (Russie, 2018).

Noé (guitariste) : Leto est un film qui raconte la vie d’une bande d’amis de la scène rock underground à Leningrad dans les années 1980. On passe du biopic à la fiction, du réel au rêve, au rythme des chansons de Mike et Viktor dans une ambiance noir et blanc et Super8. Leto c’est une jeunesse en pleine Perestroïka qui rêve de Bowie et Lou Reed, qui s’invente un monde qu’elle n’a pas pu connaître. Leto c’est aussi un triangle amoureux, de la tendresse et de la poésie, mais c’est surtout une BO simple et émouvante. On se retrouve beaucoup dedans : les concerts, les galères, l’ambiance backstage, les bons moments, les soirées vinyle. Leto ça veut dire « été » en russe et ça parle aussi de la nostalgie du temps passé, des vacances, des road trip et du soleil, comme on le raconte un peu dans notre premier single « Summertime Again ». Le décor est différent mais le fond est le même, on a l’impression de vivre avec eux et d’aimer les mêmes choses.


Joker

de Todd Phillips. Avec Joaquin Phoenix, Robert De Niro, Zazie Beetz. (États-Unis, 2019).

Fav (batteur) : La perle de 2019, ça faisait bien longtemps qu’on attendait un film sur ce personnage si mystérieux et charismatique de l’univers DC. Tout est parfait, une prestation de Joaquin Phoenix tout simplement époustouflante. Une réalisation des plus touchantes, on en arrive à avoir une affection toute particulière pour ce personnage si sombre qu’est le Joker. Tout ça accompagné du magnifique violoncelle d’Hildur Guònadóttir, une bande originale glaçante soulignant à la perfection la folie grandissante d’Arthur Fleck. Tout cela explique les nombreux Oscars. Pour faire le lien avec Arabella c’est le seul film qu’on est allé voir au cinéma ensemble, malheureusement il n’a pas fait l’unanimité mais j’espère que ces quelques mots donneront envie à Rémi et Noé de reconsidérer leur jugement sur ce film splendide qu’est Joker.


Retrouvez Arabella sur LEUR SITEFACEBOOKINSTAGRAMYOUTUBE