Andrew Bird dénonce la peine de mort à grand coups d’archet et de folk

Publié le par

La semaine dernière, l’oiseau est sorti de sa cage. Pour dévoiler son morceau inédit « Capital Crimes », Andrew Bird le revêt d’un clip alarmant qui heurte de plein fouet l’impassibilité des États-Unis face à la peine de mort, loin d’être abolie. Dans ses élans folk, le musicien américain déclenche ses grandioses vagues de violon pendant que sa voix raffinée proteste en boucle « Where’s the shame ? ». Sans réponse. Accompagnant le clip, un texte signé Andrew Bird blâme une pratique sordide de la peine de mort selon laquelle le quotient intellectuel des détenus déterminait leur envoi, ou pas, à l’exécution. Sommet de l’absurdité, la pratique a été abandonnée. Toutefois, avec le contenu explicite de « Capital Crimes » et un clip fragmenté symbole de fêlures (trop) ignorées, Andrew Bird nous rappelle ouvertement que les États-Unis ne sont pas seulement une intarissable source d’inspiration, mais aussi les vendeurs perfides d’un rêve artificiel. 

À l’instar des paroles, le clip de « Capital Crimes » va à l’essentiel en mêlant des fragments de vidéos explicites, couleurs ou noir et blanc. Ainsi, le drapeau américain flotte devant nous pendant que l’on sillonne les grands espaces, des images scientifiques nous montrent des neurones en ébullition et le montage percutant relie des détenus à l’entrée des prisons aux félins qui rôdent en cage. Le réalisateur Matthew Daniel Siskin dessine une géométrie de l’enfermement, tandis qu’Andrew Bird triomphe de folk et fait sonner son archet comme une sirène. Parmi ces images défile aussi le quotidien imperturbable de ces américains qui s’adonnent aux rayons du soleil, camouflant l’absurde dans l’insouciance, et se moquent d’un singe enfermé comme de leur reflet, celui d’un être désorienté et abasourdi par la violence. En balançant une oeuvre aussi complète que « Capitale Crimes », Andrew Bird fait un strike dans la justice. Comment punir l’immoral sans être inhumain ? Pendant que le soleil envahit l’écran, l’hélicoptère peine à éteindre la forêt en flamme.


Retrouvez Andrew Bird sur son SITEFACEBOOKINSTAGRAMTWITTERYOUTUBE