5 expos photos en France pour prolonger les vacances !

Publié le par

Qui n’a jamais eu un pincement au coeur en troquant ses tongs en plastique pour des talonnettes bien cirées à la fin de l’été ? Pour parer le mal de mer de la rentrée, voici une poignée d’expositions photos qui courent au quatre coins de l’hexagone jusqu’à l’automne.

“Azimut”, une marche photographique du collectif Tendance Floue

au musée Nicéphore Niepce à Chalon-sur-Saône · jusqu’au 19 septembre 2021

© Mat Jacob / Tendance Floue

Battre la campagne. C’est la mission que se sont donnés les membres de Tendance Floue et leurs invité·es à travers une marche sous forme de relai qui a duré six mois. Seuls un carnet passé de main en main et des photographies postées quotidiennement sur les réseaux sociaux ont marqué la route. Du reste, il fallait errer sans but avec ses doutes et ses désirs, au milieu de la cambrousse française et des rencontres impromptues.

Au menu, des photographes qu’on apprécie beaucoup comme Yohanne Lamoulère, Fred Stucin, Stéphane Lavoué, Mat Jacob, Antoine Bruy, Meyer, Patrick Tourneboeuf, Clémentine Schneidermann et bien d’autres ! 

+ d’infos ici !


“Première page” de Charlotte Abramow et “Les enchanteurs” de Stéphane Lavoué 

à la Fisheye Gallery à Arles · jusqu’au 25 septembre 2021

© Fisheye Gallery – Charlotte Abramow · © Fisheye Gallery – Stéphane Lavoué

Cette année, aux Rencontres d’Arles, la galerie affiliée au magazine de photo Fisheye a notamment invité la météorite belge Charlotte Abramow et le fabuleux Français Stéphane Lavoué. Avec cette “Première page” – pourtant loin d’être sa première expo – Charlotte Abramow rassemble son travail autour des corps féminins. Des règles à la grossesse en passant par les cicatrices et le vieillissement, elle suit ces mouvements perpétuels au gré de poses insolites et de couleurs vives. De quoi foutre un bon coup de pied dans l’hypersexualisation.

De son côté, Stéphane Lavoué arpente les terres bretonnes avec un oeil aiguisé, celui d’un portraitiste quasiment lynchéen. Comme dans sa série “Le Royaume”, le photographe capte les habitant·es et les paysages dans une atmosphère d’intense mystère. Larguez les amarres ! 

+ d’infos ici !


“Eaux troublés” d’Edward Burtynsky

au Pavillon Populaire à Montpellier · jusqu’au 26 septembre 2021

© Edward Burtynsky

Entre 2009 et 2014, le photographe canadien a arpenté le globe pour explorer la relation entre l’homme et l’eau. C’est dans les larges pièces du Pavillon Populaire que sont consignées nos différentes emprises sur cet élément vital : l’aquaculture, l’agriculture ou encore le tourisme, mais aussi les conséquences de nos actions, à savoir sécheresse, pollution et paysages désolés. Entre appareils photos ultra modernes, drones et hélicoptères, Edward Burtynsky déploie le grand jeu pour obtenir des photographies ultra détaillées et d’une beauté saisissante qui synthétisent documentaire et esthétique. Avec une grande finesse, l’artiste passe par l’art pour éveiller les consciences : pourra-t-on puiser infiniment dans cette source essentielle à la vie ?

+ d’infos ici !


“La Fièvre des Samedis Noirs” de Mathias Zwick

à l’Espai l’Abraçada à Passa · jusqu’au 27 septembre 2021

© Mathias Zwick

En pleine pandémie, Mathias Zwick s’octroie une escapade dans le monde de la nuit. Entre novembre 2020 et février 2021, le jeune artiste français a dégainé l’appareil photo chaque samedi soir pour tirer le portrait des propriétaires de boîtes de nuits dans leurs établissements fermés, mais aussi celui des DJs, danseurs·euses, les barmen·maids, et autres travailleurs du secteur chez eux. “La Fièvre des Samedis Noirs” témoigne des conséquences désastreuses de la crise sanitaire, tant économiques que psychologiques. Pour l’occasion, les portraits somptueux de Mathias Ziwck sont accompagnés de jeux de lumière et compositions sonores créés par l’artiste émergente Sakine. Une embardée immersive où se mêlent étrangement splendeur et détresse.


“Amazônia” de Sebastião Salgado

à la Philharmonie de Paris · jusqu’au 31 octobre 2021

Chaman Yanomami en rituel avant la montée vers le Pico da Neblina, Etat d’Amazonas, Brésil, 2014 © Sebastião Salgado

Avec le projet Amazônia, l’iconique photographe brésilien Sebastião Salgado offre une plongée au coeur de la forêt amazonienne. Récoltées au cours de sept années de voyages, ses photographies alternent paysages grandioses et portraits de peuples autochtones, le tout assimilé au noir et blanc typique de l’artiste. Plus de 200 clichés – la plupart suspendus – ainsi qu’une création sonore inédite de Jean-Michel Jarre recomposent l’ambiance de la forêt amazonienne et pointent des questions liées à ce territoire singulier, de la diversité des peuples à l’avenir de cet immense écosystème menacé par la déforestation et le réchauffement climatique. A découvrir de toute urgence !

+ d’infos ici !