Amour, rage et beauté : 3 albums pour un été inspiré

Publié le par

Il fait sombre et clair, en ce mois de juin agité, surplombé par de lourds nuages amoncelés. Si la décennie 2020 a commencé sur les chapeaux de roue, elle laisse augurer de profondes transformations. En voici un aperçu au fil de trois grands albums, qui vous feront naviguer entre puissance et douleur, du moins l’espère-t-on.

KAITLYN AURELIA SMITH – The Mosaic of Transformation

musique expérimentale aquatique

Au commencement, il y a les sifflements et les cliquetis d’une orque, cétacé d’une grande intelligence encore trop souvent prisonnier de piscines exiguës, toutes de béton armées. Sur ce nouvel opus, Kaitlyn Aurelia Smith libère tous les congénères de ce grand dauphin bicolore et sensible. En éclot un étourdissant chapelet de morceaux, prenant peu à peu la forme d’une colonne de bulles. L’eau résume à elle seule cette somme kaléidoscopique : grâce au synthétiseur modulaire Buchla, érigé au rang de fétiche par l’artiste, qui n’a de cesse d’en explorer les possibilités, The Mosaic of Transformation cueille l’auditoire à l’orée du déconfinement pour le projeter dans le terrible été qui approche à grand pas. Un seul mot d’ordre au fil de ce voyage semé d’énigmes : l’introspection. Car jusqu’au point culminant de l’album, qui se referme en apothéose sur l’incroyable « Expanding Electricity », la voix éthérée qui enjoint à nos corps anxieux de lever le pied pourrait être celle d’une prêtresse yogi.


The Mosaic of Transformation de Kaitlyn Aurelia Smith sorti le 15 mai 2020 chez Ghostly International

Titres conseillés : « Unbraiding Boundless Energy Within Boundaries » | « Understanding Body Messages » | « Expanding Electricity »

FIONA APPLEFetch The Bolt Cutters

rock à chiens

Difficile de décider par quel bout prendre cet album piquant comme un diodon, comme un verre de jus de citron sans sucre, comme une pluie de verre brisé. Encensé (à raison) par la critique, le dernier album de Fiona Apple pourrait bien donner le coup d’envoi d’une très grande décennie musicale, marquée autant par la souffrance que par la force. Un alliage subtil qui porte les textes de Fetch The Bolt Cutters de bout en bout, le transformant en chef-d’œuvre poétique absolu. La chanteuse à la voix profonde émaille ses morceaux d’aboiements de chiens, de coups dans les murs de sa maison californienne et de piques référencées, teintées d’une drôle d’acidité. Et pour cause : si l’humour figure dans l’arsenal de l’artiste, il camoufle à peine la colère noire qui sert de fil rouge à cette succession de 13 pistes lancinantes et implacables. C’est grâce à l’humour qu’Apple chante l’amour déçu, un peu, la solidarité féminine à l’heure de #MeToo, beaucoup, et surtout, surtout, l’insoutenable violence sexiste qui se déchaîne, souvent à couvert, dans un monde pas loin de s’en réjouir.


Fetch The Bolt Cutters de Fiona Apple sorti le 17 avril 2020 chez Epic Records

Titres conseillés : « Ladies » | « Cosmonauts » | « For Her »

MOSES SUMNEYgræ

un peu de Rythme et beaucoup de Blues

Les albums-concepts étaient une denrée en voie de raréfaction accélérée. C’était sans compter sur la fin des années 2010, qui semble décidément faire souffler un vent nouveau sur l’industrie musicale. À travers pas moins de 20 morceaux, Moses Sumney s’inscrit dans cette recherche de la continuité, de l’histoire à raconter. Les interludes de græ font le sucre et le sel d’un album riche, qu’un faisceau éclatant transperce de part en part, comme pour rappeler aux oreilles qui s’en approcheraient que l’amour n’est jamais loin et que même un Moses (Moïse en français) peut en connaître les affres. L’atout de l’artiste est sa voix, capable de se contraindre ou de soudain s’étirer au gré d’inflexions bouleversantes, comme sur le single « Polly ». Plastique, polyamour, isolement : autant de thèmes enchevêtrés et dépareillés, survolés pour être plus intensément susurrés, avec comme fil d’Ariane le rejet d’une masculinité imposée. Dans un paysage où les mots vulnérables se font encore bien rares, le poète, loin de sa Californie et de son Ghana originels, rejoint le club très secret des forgerons d’étoiles, qui compte d’autres grandes plumes, comme Perfume Genius, Arca, fka Twigs ou encore serpentwithfeet.


græ de Moses Sumney sorti le 15 mai 2020 chez Jagjaguwar

Titres conseillés : « Virile » | « Colouour » | « Bystanders »